Remorquage du Concordia : la Corse mobilise une flottille, Royal tente de rassurer

le
1
Remorquage du Concordia : la Corse mobilise une flottille, Royal tente de rassurer
Remorquage du Concordia : la Corse mobilise une flottille, Royal tente de rassurer

L'ultime et très controversé voyage du Costa Concordia, le navire qui s'était échoué le 13 janvier 2012 sur l'île du Giglio (Italie) provoquant la mort de 32 personnes, est reporté à mercredi. Alors que l'opération de remorquage devant permettre de démanteler l'épave à Gênes initialement prévue mardi comporte de nombreux risques pour l'environnement, Ségolène Royal s'est voulue rassurante. Ce lundi, la ministre de l'Ecologie a détaillé le dispositif prévu par les autorités italiennes pour sécuriser le voyage.

Une manifestation en mer

Mais dans le même temps, plusieurs élus de tous bords, syndicats, marins et représentants d'associations corses se sont réunis dans la matinée à Bastia pour s'opposer à l'opération de remorquage, «tant que le Concordia ne sera pas vidé» de ses matières polluantes. Sur l'île de Beauté, tous redoutent une détérioration de la faune et la flore, souvent protégée, du littoral et des fonds marins. Le maire de Bastia (Haute-Corse), Gilles Simeoni, en appelle à une «mobilisation populaire» qui devrait se concrétiser mercredi par une «flottille citoyenne» au large du Cap Corse. «Si le bateau part, on va montrer que la Corse ne se laisse pas faire. Il y aura une grande manifestation en mer, ainsi qu'à terre, sur les plages», prévient le maire nationaliste.

Selon l'Italie, les quantités résiduelles de produits toxiques (environ 12 tonnes dans des containers scellés), d'hydrocarbures et de produits huileux (environ 163 tonnes) ne peuvent pas être pompées. «Nous voulons des informations précises et fiables sur les risques de rupture de la coque», insiste alors le maire de Bastia. Selon Ségolène Royal, l'épave doit être escortée par un avion des garde-côtes italiens qui fera des relevés environnementaux, quatre remorqueurs de haute-mer pour des activités anti-pollution, deux unités pour le support de ces activités, une pour la récupération des déchets solides et une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le lundi 21 juil 2014 à 17:35

    Une nouvelle guerre se prépare entre l'Italie et la France ?De quel droit les corses peuvent t'ils s'opposer à une opération italienne dans les eaux italiennes puis internationales ? Décidément R.oyal n'a vraiment rien à faire, il faudrait que quelqu'un se dévoue pour la B.aiser ...