Remise à plat fiscale : l'impossibilité d'une île

le
68
Jean-Marc Ayrault devra tenir compte du contexte européen lors de sa remise à plat fiscale.
Jean-Marc Ayrault devra tenir compte du contexte européen lors de sa remise à plat fiscale.

Augmenter la progressivité de l'impôt a été érigé par la majorité en objectif majeur de la "remise à plat fiscale" promise par Jean-Marc Ayrault. Mais s'il veut enrayer le déclin de l'économie française, le Premier ministre ne pourra pas ignorer la concurrence fiscale à laquelle se livrent les pays européens. Telle est en substance la conclusion d'une étude Xerfi sur l'évolution de la fiscalité européenne ces dernières années*.

"La France est un cas à part en Europe : le gouvernement vient de porter à 38,1 % le taux légal maximal de l'impôt sur les sociétés, alors que ses voisins sont engagés dans la guérilla fiscale", souligne d'emblée son auteur, Olivier Passet. "La crise n'a pas freiné le mouvement, au contraire", et ce alors même que "la concurrence virulente de la première moitié des années 2000 est en partie responsable de la dérive de l'endettement public".

Depuis 2008, 13 pays de l'UE ont allégé l'impôt sur les sociétés (IS), selon les données compilées par l'économiste. Résultat, le taux moyen affiché est passé de 24,2 % fin 2007 à 22,3 % en 2014. Et le mouvement devrait continuer. En 2017, il ne devrait plus être que de 21,8 % avec des baisses de taux annoncées, comme au Portugal.

En Angleterre, la tendance est spectaculaire. Le gouvernement conservateur de David Cameron a abaissé le taux d'impôt sur les sociétés de 26 % en 2011 à 21 % en 2014, avec pour objectif 20 % en 2015. En 2008, le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le vendredi 13 déc 2013 à 17:41

    en FRance nous avons une bande de "nuls" - ils sont responsables de la situation économique actuelle - mais au niveau de l'innovation, ils sont des champions pour la création de taxes. et d'emplois d'avenir pour colmater les statistiques du chômage...........

  • puck le vendredi 6 déc 2013 à 17:32

    Bravo Cameron,quel carisme et quel volontarisme comparé à Neu Neu ;

  • M4760237 le vendredi 6 déc 2013 à 11:48

    Détruire des emplois, c'est le jeu préféré de Hollande.

  • M7361806 le vendredi 6 déc 2013 à 10:00

    Trop d'impot tue l'impot ,trop de charges sur l'emploi tue l'emploi , trop de mépris pour les investisseurs tue aussi l'emploi ; si qq peut l'expliquer aux socialistes français dont leur dernière lecture est celle de MARXCH

  • illuss le vendredi 6 déc 2013 à 02:35

    Quand vous voulez pour abaisser les charges salariales....

  • illuss le vendredi 6 déc 2013 à 02:35

    Oui mais en France, on est des finots

  • knbskin le jeudi 5 déc 2013 à 22:56

    .../... comme a été violente ... l'intégration de l'Allemagne de l'Est. Mais la France d'aujourd'hui a à mon sens les moyens de redémarrer beaucoup plus vite que l'Allemagne de l'Est. Il faut deux ans pour faire le job, et briser les résistances des porteurs de pancartes. Et après, on redémarre, mais avec les non qualifiés qui ne pourront jamais plus "vovre décemment" s'ils ne se qualifient pas ... ;)

  • knbskin le jeudi 5 déc 2013 à 22:54

    Je précise mon point ... Je ne suis pas contre l'union franco-allemande, mais ça n'exonère pas la France de faire les efforts indispensables. Pour traiter les vrais problèmes : http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/le-probleme-du-taux-d-imposition-en-france-ne-reside-pas-tant-dans-son-niveau-1131 Et ça sera violent, qu'on le veuille ou non .../...

  • jean.coq le jeudi 5 déc 2013 à 22:36

    Il ne faut pas oublier que Mme Merkel mieux que la mimolette connait les "bienfaits" du socialisme.

  • jean.coq le jeudi 5 déc 2013 à 22:34

    M740... et knbskin - une union franco-allemande peut fonctionner,voire Airbus, mais il ne faut vouloir mettre la charrue devant les boeufs et surtout, surtout abandonner toute idéologie socialiste à la FH.