Rémi Talès : " Marre ? Non ! "

le
0
Rémi Talès : " Marre ? Non ! "
Rémi Talès : " Marre ? Non ! "

Heureux d'avoir un jour de récupération, Remi Talès n'en est pas moins pressé de reprendre la préparation. Après près de trois semaines d'efforts physiques, les joueurs vont avoir cinq jours de repos avant de reprendre, enfin, le rugby.

Rémi Talès, vous n’en avez pas marre de toute cette préparation ?
M
arre ? Non ! On sait pourquoi on est là. C’est un événement exceptionnel. On a envie d’être à la hauteur et de travailler au maximum. Avant de faire la séance c’est compliqué, on est un peu dans le dur. Après, on est tous des compétiteurs donc on s’y met.

On a vu les cyclistes sur le Tour rouler même pendant leur jour de repos. Jeudi, ça a plus été repos total ou partiel ?
On a dormi d’abord ! Puis on a pris le déjeuner tous ensemble avant une petite sortie à la thalasso. Mais nous aussi on a fait notre petite sortie hebdomadaire en vélo.

Vous avez hâte de reprendre le rugby ?
On a tous hâte de ça ! Le physique c’est important, c’est bien. Mais c’est quand même très très bien quand c’est terminé et qu’on se focalise sur le rugby. Ça fait bientôt deux mois qu’on n’a pas plaqué. Les premiers contacts vont piquer un peu.

« C’est Rory ! »

Comment ça se passe entre vous tous ? Comment est l’ambiance ?
Très bonne. On a passé deux jours exceptionnels. On va tous retenir cette montée du glacier, tous ensemble, en haut c’était très impressionnant. La via ferrata aussi. Quand on a 200m de vide en dessous de nous, c’est difficile d’avancer, on se sent tout petit. Mais après, les mecs derrière nous poussent et c’est reparti. 

Que pensez-vous de l’attitude de Rory Kockott qui attaque en vélo, est toujours premier pour tout et qui a monté son radeau presque tout seul ?
Je le connais depuis quatre ans maintenant. C’est Rory ! (Sourire) Il aime bien ça, c’est un aventurier. Là il était trop content de monter son radeau tout seul et de faire des nœuds. Apparemment il a fait des nœuds d’exception ! C’est un compétiteur, un gars qui aime se faire mal. Il a toujours besoin d’être devant.

Ça peut poser un problème cette attitude ?
(Éclats de rires) Joker ! Non mais après il n’a pas fait tout lui-même. Le radeau, ils étaient six dedans. Il n’a pas pagayé seul. C’est lui qui menait le groupe, mais sans les autres il n’aurait pas pu y arriver.

Il y a des personnalités qui se sont révélées ?
Forcément plus le temps passe, plus les personnalités se lâchent et se montrent. Au début on observe un peu comment ça se passe et on découvre. Ceux qui ont le plus d’expérience sont là aussi pour nous guider. Maintenant ça fait un petit moment que tout le monde se connaît. On a passé trois superbes semaines ensemble et certaines personnalités ressortent.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant