Rémi Lamerat : " Content d'avoir relevé la tête de la meilleure des manières "

le
0

Une semaine après une défaite à domicile face à Clermont, Castres a dominé le Racing 92 sur sa pelouse samedi soir. Pour Rémi Lamerat, cette victoire vient d'une remobilisation du groupe castrais après ce match décevant.

Rémi Lamerat, c’est le coup parfait pour Castres ?
Le coup parfait... On est très contents du résultat, de l’état d’esprit de vouloir se racheter de notre défaite à domicile du week-end dernier et, surtout, du résultat comptable. Même si le contenu est loin d’être parfait et qu’on ait rien gagné, on est très content d’avoir relevé la tête de la meilleure des manières et encore plus chez un gros et une équipe aussi distinguée que le Racing.

La rébellion, ça se décrète mais le résultat, ça ne se décrète pas. Comment avez-vous travaillé ça cette semaine ? Vous avez bien préparé votre affaire, notamment sur la première mêlée...
C’est vrai qu’on a vraiment bien bossé. Après, on fait le job comme chaque semaine mais, là, peut-être un peu plus consciencieusement que les semaines d’avant car, justement, on a eu cette contre-performance à domicile. Ça a beaucoup parlé en début de semaine, il y a eu des mots forts entre le staff et les joueurs, des mots d’humilité où on s’est dit qu’on avait besoin de se resserrer, de repartir sur du travail sérieux, du travail de fond en fermant un petit peu sa gueule, comme on dit. Chacun a su prendre ses responsabilités, on est montés ici avec un groupe de 24 joueurs, on a tous très bien préparé le match, ceux qui jouaient, ceux qui étaient remplaçants. Ceux qui ne jouaient pas nous ont beaucoup aidés à le préparer et, au final, tout n’est pas parfait mais on repart avec les quatre points, ce qui est vraiment bien pour la suite.

Ça lave la peine de la semaine dernière ?
Ouais, ça lave la tête ! On sait qu’on a déçu beaucoup de monde le week-end dernier même s’il y a eu des bonnes choses et qu’on a vu en deuxième mi-temps une équipe qui avait faim et envie. On ne peut pas, à ce niveau-là, passer au travers une mi-temps complète comme on l’a fait le week-end dernier. On avait donc à se racheter et, comme je le répète encore une fois, tout n’était pas parfait et on n’a rien gagné mais, remporter quatre points ce soir, c’est la plus belle des manières pour se faire pardonner par nos supporters.

Ça vous relance totalement...
Oui, ça nous relance, c’est le plus important. La saison et le chemin sont encore longs. Quand on voit toutes les écuries qui prétendent au Top 6, le boulot est loin d’être fait mais je pense que si on avait perdu ce soir (samedi), on aurait été peut-être un petit peu largués, ça aurait été un petit peu plus compliqué pour travailler sereinement la suite de la saison.

En toute humilité, vous avez quand même de l’expérience avec Castres, c’est un match important dans l’optique des phases finales. Vous avez su tenir surtout dans les cinq dernières minutes ?
C’est vrai que les cinq dernières minutes, on s’est parfois un peu affolés mais on a tenu. C’est vrai qu’il y a des joueurs cadres comme Rory (Kockott), Benjamin Urdapilleta, Mathieu Babillaud qui rentre en 8, ce qui n’est pas son poste de prédilection, mais qui a vraiment verrouillé cette fin de match à la perfection. C’est sûr que des fins de match, comme on l’a un petit peu connu à Agen, et où, au finale, ça se termine bien pour nous, ça nous permet d’engranger de la confiance et j’espère que ça sera bénéfique pour la fin de saison. Mais, encore une fois, on n’a rien gagné, il faut continuer à travailler avec humilité et essayer de se rapprocher le plus possible, petit à petit, de ces six places de qualifiés pour la fin de saison.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant