Rémi Garde heureux pour Yoann Gourcuff

le
0
Rémi Garde heureux pour Yoann Gourcuff
Rémi Garde heureux pour Yoann Gourcuff

Rémi Garde, avez-vous senti un groupe heureux après cette victoire à Bilbao, synonyme de qualification ?
Oui, même s?il y avait de la fatigue. Mais bien sûr que dans le vestiaire et dans le voyage retour. Après une victoire, comme celle-là, il y avait beaucoup de joie, c?était sympa.

Qu?est-ce que change cette victoire par rapport à la suite de la compétition ?
Pour l?instant, la première place n?est pas encore sécurisée, donc ça ne change pas grand-chose. Il est toujours de mauvais augure de calculer et de se dire qu?on va pouvoir profiter des circonstances. Les matchs se gagnent sur le terrain, pas sur des calculs. Etre qualifié est appréciable, mais l?objectif n?est pas atteint. Et il n?est pas question de se relâcher pour l?instant.

Cette victoire peut-elle compter pour la suite de la saison ?
Ça peut effectivement donner quelques repères et vouloir dire aux joueurs qu?ils sont capables d?atteindre un certain niveau de performance. Pas forcément un niveau de jeu, car on a aussi beaucoup souffert hier. Après, l?objectif, c?est de savoir pourquoi et comment on l?a fait, et de pouvoir le répéter. C?est toute la difficulté et la beauté du foot. Mes joueurs ont bien raison d?emmagasiner de la confiance et d?être ambitieux s?ils se croient capable de réitérer la même performance qu?à Bilbao.

Vous devez être content du retour de Yoann Gourcuff en équipe de France ?
Oui, je suis très content. Cette convocation arrive très vite après sa longue blessure, mais elle arrive aussi vite que la bonne forme de Yoann, qui a affiché un niveau de jeu très intéressant sur les trois matchs qu?il a joués. Jeudi, je n?étais pas forcément parti dans l?idée de le laisser 90 minutes sur le terrain. Mais sa performance, sa solidité dans l?équipe et son importance sur le match m?ont fait penser qu?il pouvait aller au bout. Sa sélection, au même titre que celle de « Max » (Maxime Gonalons) et de Bafé (Gomis), est importante pour lui, l?équipe et le club.

« Max et Gueïda sont en train de franchir un palier »

Pensez-vous que cette convocation puisse le libérer définitivement ?
Il est bien comme il est (rires), donc je ne sais pas s?il a besoin d?être plus libéré. Il s?exprime sur le terrain, là où il est plus à l?aise. Une sélection en équipe de France, c?est important pour lui car ça marque une étape dans la progression. Il y en a encore d?autres, mais par là où il est passé il y a quelques mois et même peut-être quelques années, le voir jouer comme ça, libéré à ce niveau-là, c?est très bien pour lui comme pour nous.

Etes-vous surpris de la bonne entente de Yoann Gourcuff avec les autres milieux de terrain de votre équipe ?
Pas vraiment, car les joueurs qui ont une intelligence de jeu, une clairvoyance et une habileté technique cohabitent généralement assez bien. Ce sont des qualités que possèdent aussi Steed Malbranque, Max Gonalons et les autres joueurs de l?effectif. Donc je ne suis pas spécialement surpris.

Dans quels domaines a essentiellement progressé Maxime Gonalons sur ces dernières semaines, selon vous ?
Les trois matchs qu?il vient de jouer contre des équipes espagnoles, que ce soit contre l?Espagne avec l?équipe de France ou la double confrontation avec l?Athletic Bilbao cristallisent les progrès qu?il est en train de faire dans la concentration du jeu. Car quand vous jouez contre des Espagnols, il y a un mouvement incessant et perpétuel, il faut donc une grande concentration défensive. Ce qu?a remarquablement fait toute l?équipe jeudi, et max en particulier avec Gueïda au milieu. Il y avait beaucoup de courses à contrôler et c?est presque plus fatiguant au niveau de la tête que des jambes. Comme Gueïda, Max est en train de franchir un palier au niveau tactique et compréhension du jeu. Et c?est en ça qu?il peut encore progresser.

Est-il un peu moins chien fou ?
Oui, il fait preuve de plus de réflexion. Mais il faut rester chien fou aussi. C?est important. Mais avoir de l?intelligence de jeu et savoir se canaliser pour le bien de l?équipe, c?est aussi important. Il est sur cette voie-là, il faut qu?il continue.

« Le travail que Joël Bats propose à ses gardiens est remarquable »

Comment trouvez-vous Rémi Vercoutre sur ce début de saison ?
Il est très bon et s?est mis très vite dans cet habit de numéro un. Je vois deux raisons à cela. La première, c?est son travail, son investissement qu?il a depuis des années à l?entraînement et est en ça un exemple pour ceux qui jouent un peu moins ou sont en devenir. La deuxième raison, c?est la qualité du travail que Joël Bats propose à ses gardiens et qui est remarquable. Il doit confirmer sur la durée, mais son arrivée en tant que numéro un se passe bien pour l?instant.

Comment appréhendez-vous la récupération de votre équipe d?ici dimanche et le match à Sochaux ?
Je fais appel au professionnalisme des joueurs pour faire de leur côté tout ce qu?il faut pour récupérer. Au club, on essaie aussi de faire le maximum pour les mettre dans les meilleures conditions. On connaît le calendrier, c?est le même pour les autres clubs engagés en Ligue Europa, on s?adapte. C?est aussi l?intérêt d?avoir un groupe un peu élargi, où tout le monde est concerné. C?est aussi ce qui fait la force de l?équipe en ce moment. C?est qu?il n?y a pas que l?équipe. Il y a un groupe avec des joueurs qui répondent au fonctionnement que j?essaie d?avoir. C'est-à-dire de concerner tout le monde, même si certains jouent bien sûr plus que d?autres. Tant que le groupe comprendra ça, il y aura une bonne dynamique.

Que vous inspire cette équipe de Sochaux ?
C?est une équipe qui est en difficultés depuis le début de saison mais qui vient de se donner un peu d?air en gagnant contre Evian. Ils se sont donnés certainement aussi un peu de confiance en gagnant ce match. Ce sera important pour nous car nous avons envie de continuer sur notre lancée.

« Sans arrêt en train de s?adapter »

Qu?attendez-vous de votre équipe à Sochaux ?
C?est justement dans la constance de nos matchs, de notre concentration et de notre ambition qu?on doit progresser. Car il ne faut pas oublier qu?on a fait un match assez médiocre à Nice à ce niveau-là il y a peu de temps. Le sport de haut niveau réclame beaucoup de constance et de remise en question permanente. Tous les trois jours. On est très contents d?avoir fait ce qu?on a fait jeudi, mais dimanche à Sochaux, il faudra recommencer à zéro. A nous d?avoir conscience de ça et avec la confiance emmagasinée, de se dire que si on l?a fait, on peut le refaire. Il faut se faire violence.

Avez-vous travaillé sur l?après-matchs européens, qui n?a jamais été le fort de l?OL ces dernières années ?
Non, il n?y a pas de travail particulier, mais effectivement une réflexion autour de ça. Et un peu aussi autour des déplacements, de la récupération, des entraînements et du travail individualisé pour les joueurs, pour que ceux qui ont un peu moins de temps de jeu soient compétitifs deux jours après et pour que le turnover soit éventuellement bénéfique.

Estimez-vous avoir appris à ce sujet lors de votre première année ?
Pour faire tourner une équipe, il faut avoir un groupe qui est capable, des joueurs qui ont le niveau? Ça dépend de beaucoup de paramètres. Il ne suffit pas de dire : « Moi, j?aime ou je n?aime pas le turnover. » Je m?adapte aussi à l?effectif que j?ai, aux joueurs que j?ai et à l?état de forme des uns ou des autres. Parfois, je pars avec une idée et par rapport à ce que je vois, perçois ou ressent, je change mon fusil d?épaule. On est sans arrêt en train de s?adapter.

Comment va Michel Bastos ?
Il est toujours arrêté pour son dos. Pour un problème de spondylolisthésis. C?est un problème vertébral qui arrive très souvent chez les sportifs, mais dont le protocole est bien maîtrisé. Il y a un repos compressible au départ. On est dans cette phase et je pense que Michel reviendra sans problème après.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant