Remaniement : motus à la sortie du Conseil des ministres

le
3
Remaniement : motus à la sortie du Conseil des ministres
Remaniement : motus à la sortie du Conseil des ministres

 Drôle d'ambiance dans la cour de l'Elysée. A la sortie du Conseil des ministres, très probablement le dernier de ce gouvernement, rares étaient les ministres, encore moins les poids lourds, à s'aventurer devant micros et caméras. Après le revers infligé à majorité au premier tour des municipales, les rumeurs de remaniement n'ont jamais été aussi insistantes. Il se dit qu'il pourrait intervenir mardi prochain.

Serez-vous là, la semaine prochaine ? «Inch'Allah», a spontanément répondu la ministre déléguée en charge de la Réussite éducative, George Pau-Langevin. «C'est le président qui décide», a évacué Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger. C'est votre dernier Conseil des ministres ? «Pas du tout, pourquoi ?» a lancé, faussement ingénue et voix haut perchée, Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie, en difficulté car accusée d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine (ce qu'elle dément).

Les poids-lourds du gouvernement, excepté leurs lapidaires gages de mobilisation, sont restés bouches cousues. «Au travail !» a simplement lâché Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre que l'on dit sur un siège éjectable. Une traduction éclair des propos tenus par le président de la République, François Hollande, en introduction du Conseil des ministres.

VIDEO. Remaniement : les ministres font profil bas

«Le message a été entendu»

«Le message (NDLR : délivré par les électeurs au premier tour des municipales) a été entendu», a tenu à faire savoir le chef de l'Etat, donnant cette consigne aux ministres : «Redresser avec plus de force, de rapidité, de justice.» «Il faut rassurer», a-t-il encore estimé, jugeant que les Français ne se tournent pas vers ceux «qui inquiètent».

«Il faut travailler», a rapporté la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, à la sortie du Conseil. «Nous sommes tous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 27 mar 2014 à 07:57

    Les morbacs du gouvernement se cramponnent aux basques du Ayrault fatigué…Qui lui se cramponne à François…Qui lui se cramponne à son incohérence…Quand on ne sait pas, on la ferme...François est venu au monde sous l'étoile de l'incohérence...Il fait et finira sa vie avec la même incohérence, mais les poches pleines, ainsi que sa foultitude de copains et courtisans... Quant à la France et aux citoyens, la RUINE !...

  • M2280901 le mercredi 26 mar 2014 à 16:47

    c'est qui ça Benguigui ?

  • M2280901 le mercredi 26 mar 2014 à 13:49

    c'est Normal 1er qu'il faut remanier avec tous ses sbires , plus l'assemblée et le Sénat