Remaniement : les scénarios de Sarkozy

le
0
Le chef de l'État a choisi de se donner du temps pour résoudre l'équation de Matignon et d'un gouvernement resserré.

«La France a besoin d'être apaisée», répète depuis quelques jours Nicolas Sarkozy. Le chef de l'État va prendre acte aujourd'hui, avec prudence, de la «fin» du mouvement contre la réforme des retraites, lors de la traditionnelle conférence de presse qui clôt le Sommet européen de Bruxelles. Beau joueur, il pourra souligner, comme il l'a fait il y a deux jours en Conseil des ministres, que les seuls gagnants de la réforme «sont les caisses de retraites». Mais, pendant ce temps-là, le président consulte, écoute, et affine peu à peu son plan pour le dernier acte du quinquennat.

Le lancement de cette nouvelle phase n'interviendra qu'après la noria de rendez-vous internationaux qui aideront à tourner la page de deux mois essentiellement dominés par les retraites. «Il faut que le président prenne de la hauteur le plus longtemps possible», confie l'un de ses très proches à propos de la séquence internationale qui s'est ouverte hier à Bruxelles et se terminera le 2

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant