Remaniement : les hésitations de Nicolas Hulot

le , mis à jour à 11:47
16
Remaniement : les hésitations de Nicolas Hulot
Remaniement : les hésitations de Nicolas Hulot

C'est le nom qui revient dans toutes les bouches alors qu'un remaniement devrait intervenir dans quelques jours : et si Nicolas Hulot entrait au gouvernement ? «François Hollande lui a proposé d'être ministre», assure un de ses proches. «Il n'a pas dit non... ni oui, il réfléchit», assure ce soutien.

Pour François Hollande, faire entrer l'écologiste préféré des Français au gouvernement serait incontestablement un bon coup. Nicolas Hulot a terminé sa mission d'envoyé spécial pour la planète auprès de l'Elysée début janvier. Il a apprécié avoir «les mains dans le camboui». Un super ministère de l'Ecologie serait tentant.

Mais Nicolas Hulot ne peut accepter de devenir ministre si un certain nombre de dossiers ne tournent pas en faveur des écologistes : Notre-Dame-des-Landes, les boues rouges de Méditerranée... «Hulot ministre ? Pourquoi pas s'il arrive à obtenir des ruptures dans les politiques menées, a expliqué sceptique le député européen EELV Yannick Jadot ce jeudi sur France Info. Mais aujourd'hui ce gouvernement a oublié qu'il avait organisé la conférence climat à Paris.» 

«C'est tard, a jugé Daniel Cohn-Bendit sur Europe 1. Qu'est-ce qu'un ministre peut faire en un an ?». «Il ferait un super ministre», rêve au contraire Christophe Rossignol, qui a claqué la porte d'EELV avec Jean-Vincent Placé en estimant que la place des écolos étaient au gouvernement. Le député François de Rugy ne serait pas non plus contre cette entrée au gouvernement.

Si @RoyalSegolene quittait le ministère #écologie, @N_Hulot serait une personnalité de poids pour faire avancer #écologie au gouvernement— François de Rugy(@FdeRugy) February4, 2016

Pourtant certains fidèles de Hulot sont très dubitatifs sur sa place au gouvernement. Notamment parce qu'il aime sa liberté. «Et Hulot a eu un grand rôle pour la COP21, peut être que maintenant il se trouverait à l'étroit dans un ministère», lâche un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.