Remaniement : les difficultés, c'est maintenant...

le
1
Remaniement : les difficultés, c'est maintenant...
Remaniement : les difficultés, c'est maintenant...

C'est une période d'incertitudes qui s'ouvre. Si la décision de Manuel Valls et de François Hollande clarifie la ligne du gouvernement, personne ne mesure encore les effets qu'elle aura à gauche.

Qui dans ce nouveau gouvernement ?

Au départ, Valls espérait n'avoir à remplacer qu'Arnaud Montebourg. Le Premier ministre comptait pouvoir convaincre Benoît Hamon de rester. Mais ce départ supplémentaire, plus celui de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, oblige à un remaniement de plus grande ampleur. En chute libre dans les sondages, Valls perd ses deux béquilles de gauche. « Le départ de Montebourg et Hamon fragilise l'équilibre politique du gouvernement », reconnaît un ministre. D'où la nécessité, poursuit-il, d'un élargissement. Un membre du gouvernement voit ainsi le Premier ministre récupérer des frondeurs fréquentables comme Pierre-Alain Muet, ex-conseiller de Lionel Jospin. Mais, pronostique un secrétaire d'Etat, « il y aura aussi des écologistes ». Les noms de Jean-Vincent Placé, François de Rugy ou Barbara Pompili circulent. Tous trois ont critiqué le choix de Cécile Duflot de ne plus participer au gouvernement il y a cinq mois, mais franchiront-ils le pas, sachant que la direction de leur parti s'y oppose ? « Compliqué, mais c'est une responsabilité qui peut se prendre », estime l'un de leurs proches. « Cela ne serait que du débauchage individuel, je ne vois pas l'intérêt », tempère un ministre. Jean-Luc Bennahmias, ancien Vert et ancien MoDem, a, lui, fait acte de candidature. Tout comme l'ex-ministre de Chirac Corinne Lepage. « Mais là aussi, ça rapporterait quoi ? » s'interroge un ministre.

Enfin, le président des radicaux de gauche, Jean-Michel Baylet, qui a pourtant menacé cet été de retirer les trois ministres PRG, pourrait faire son entrée. Il devait voir Valls hier soir. D'autres socialistes évoquent le nom de l'ancien communiste Robert Hue.

La piste d'une ouverture aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 26 aout 2014 à 10:53

    Ben heureusement qu'il y a le garde-fou de l'UE, sinon on serait au niveau de l'inflation du Zimbabwe.