Remaniement : la pression se relâche sur les ministres

le
0
Après en avoir brandi la menace, François Hollande a renoncé à changer dans l'urgence son gouvernement après le scandale Cahuzac.

La scène se déroule à la table du Conseil des ministres, un mercredi de printemps. François Hollande joue avec les nerfs de ses ministres. «Je vous demande d'être aimables avec les parlementaires. Répondez à leurs courriers, recevez-les, traitez-les! Je vous rappelle que vous avez tous été parlementaires et que... vous avez vocation à le redevenir.» Une ministre se souvient: «Cette petite blague n'a fait rire que lui!»

Le remaniement était alors jugé imminent. Après le «choc moral» censé répondre à l'affaire Cahuzac (la loi sur la transparence, qui a fait pschitt depuis, NDLR), beaucoup d'élus PS plaidaient pour un «choc politique». Les hollandais encourageaient le chef de l'État à remanier son équipe, pour la rendre plus efficace, cohérente et lisible. Le président devait, disaient-ils alors, s'attaquer d'urgence à la cit...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant