Remaniement : Internet, cruelle boîte à archives, mémoire du reniement

le
0
En 2011, Jean-Vincent Placé ne se voyait pas moins que ministre. Il hérite du secrétariat d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification.
En 2011, Jean-Vincent Placé ne se voyait pas moins que ministre. Il hérite du secrétariat d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification.

Internet a ceci de formidable : sa mémoire est infaillible. Aussitôt la liste du nouveau gouvernement dévoilée, les déclarations des nouveaux entrants fustigeant le gouvernement de Manuel Valls ? qu'ils intègrent donc ? ou assumant des ambitions démesurées, forcément déçues, se sont répandues sur la Toile.

Ayrault : « Ne divisons pas davantage ! »

Jean-Marc Ayrault, d'abord. L'ancien Premier ministre fait son retour autour de la table du conseil des ministres dans le costume de ministre des Affaires étrangères et du Développement international. Durant sa traversée du désert, depuis son départ de Matignon le 1er avril 2014 à aujourd'hui, l'ex-maire de Nantes n'a pourtant pas mâché ses mots contre le pouvoir. Se plaignant d'abord de cette grande réforme fiscale qui ne venait pas. Fustigent ensuite la déchéance de nationalité contre les terroristes : « Si la France est en péril de paix, alors ne la divisons pas davantage ! » avait-il tweeté le 27 décembre. Mercredi, pourtant, veille de son arrivée au Quai d'Orsay, il votait l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution.

LIRE aussi Jean-Marc Ayrault au Quai d'Orsay : la revanche d'un homme blessé

...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant