Remaniement au Royaume-Uni : les eurosceptiques à l'honneur

le
0
Remaniement au Royaume-Uni : les eurosceptiques à l'honneur
Remaniement au Royaume-Uni : les eurosceptiques à l'honneur

La défiance de la Grande-Bretagne vis-à-vis de l'Europe ne va pas s'arranger. David Cameron a lancé ce mardi un remaniement d'une ampleur inattendue. Résultat : le nouveau gouvernement est plus jeune, plus féminin et plus... eurosceptique avec la nomination de l'ex-ministre de la Défense Philip Hammond aux Affaires étrangères, en remplacement de William Hague, démissionnaire. 

Le remaniement vise à mettre en ordre de bataille le gouvernement de coalition des conservateurs et libéraux démocrates, dix mois avant des élections générales qui s'annoncent particulièrement serrées au Royaume-Uni. Le parti travailliste d'opposition devance les conservateurs (avec respectivement 38% et 33% des intentions de votes) dans le dernier sondage d'opinion YouGov diffusé dimanche. Mais surtout les conservateurs ont vu leur électorat voter massivement en faveur du UK independent party (UKIP), parti europhobe et anti-immigration, sorti vainqueur des récentes élections européennes et se glisse en troisième place dans les sondages, devant le parti libéral-démocrate affaibli.

La démission surprise de William Hague

William Hague, poids-lourd du parti conservateur, a provoqué la surprise en quittant son poste lundi. Chef de la diplomatie pendant quatre ans, il a énormément voyagé au Proche-Orient et en Ukraine notamment, et s'était engagé ces derniers mois au côté d'Angelina Jolie dans la lutte contre l'utilisation du viol comme arme de guerre dans les conflits.

William Hague restera cependant quelques mois encore au gouvernement, en tant que leader de la chambre des Communes (la chambre basse du parlement), afin de mener la bataille législative de mai 2015.

Son successeur, Philip Hammond, est plus eurosceptique encore que Hague, qui s'est pourtant illustré sur ce front. Hammond, 58 ans, a assuré en début d'année qu'il n'hésiterait pas à préconiser la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne si les institutions bruxelloises ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant