Religion : deux fois plus de revendications au travail

le
1
Religion : deux fois plus de revendications au travail
Religion : deux fois plus de revendications au travail

Une demande d'absence pour célébrer une fête, une pause supplémentaire dédiée à la prière ou un tee-shirt revendiquant de façon ostentatoire l'appartenance à une communauté : en seulement une année la question de la religion, jusque-là très discrète, s'est bien davantage posée au travail. C'est ce que montre l'étude réalisée par l'Institut Randstad, spécialisé dans les actions favorisant l'égalité des chances, et l'Observatoire du fait religieux en entreprise (Ofre). Leur enquête, que nous révélons, a été réalisée auprès de plus de 1 000 salariés, dont la plupart exercent des fonctions de cadre.

Les conflits ont triplé en deux ans

En 2015, 23 % des personnes interrogées déclarent rencontrer régulièrement la question du fait religieux. Elles n'étaient que 12 % en 2014, soit presque deux fois moins. Les cas conflictuels (6 %) ont également doublé en un an et triplé en deux ans. Désormais, la moitié des manageurs gère au moins occasionnellement une situation liée à la religion.

Les raisons de cette crispation ? Les attentats de janvier. Ils ont suscité une « implication défensive » des pratiquants qui, se sentant stigmatisés, ont souhaité affirmer avec plus de force leur religion, analyse Lionel Honoré, président de l'Observatoire du fait religieux en entreprise.

En face, les cadres ne savent pas comment réagir. « Les manageurs se mettent plein de barrières et ont peur d'être discriminants, remarque Aline Crépin, responsable chez Randstad. Ce serait presque plus facile pour eux de traiter une demande d'absence pour aller pêcher que pour motif religieux. » C'est que, dans un pays où la laïcité fait partie du socle identitaire, beaucoup peinent à démêler les fils enchevêtrés des libertés individuelles et des principes républicains.

Des cursus pour apprendre à gérer ce phénomène

« Les identités religieuses qu'on a eu tendance à ne pas prendre en compte sont une cause ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 21 avr 2015 à 09:41

    Nous sommes un état laïque qui respecte les religions,personne ne peut imposer la sienne à quiconque.