Religion, copie du Barça, métro... Dupraz a fait le show

le
0

Pascal Dupraz n’est vraiment pas un entraîneur comme les autres. Peu sont les techniciens de L1 à se livrer autant sur des sujets déconnectés du football. Celui qui est arrivé sur le banc du Toulouse FC début mars l’a fait plus que de raison jeudi en conférence de presse. Quand il lui était demandé s’il croyait au maintien de son équipe en L1 à l’issue de la saison, l’ancien coach de l’Evian-Thonon-Gaillard a vite dévié de trajectoire. « Oui, j’ai la foi, a lancé Dupraz. On ne va pas faire de religion, mais j’ai la foi, c’est sûr. Je suis catho, je suis content et fier de l’être en plus. Je vais à l’église et je respecte tous ces lieux de culte. D’ailleurs, tout le monde devrait les respecter, mais là, je vais rentrer dans la politique, donc on va zapper. Mais j’ai quand même de droit de le dire. On ne va pas me clouer au pilori, au moins je dis les choses. Dans ce pays, on ne dit rien. »

« Toutes les copies du Barça sont de pâles copies »

Ce n’était que le début du one-man show Dupraz, qui s’en est donné à coeur joie par la suite. Par exemple sur « les mous du genou » ou « les mièvres ». « Ça m’énerve. Chacun est comme il veut, mais ça me gonfle. Il faut être enthousiaste dans la vie, il faut que chacun raisonne comme moi. On ne reste pas longtemps sur Terre, il ne faut pas être timoré. » Les « copieurs du Barça » en ont aussi pris pour leur grade. « Moi, vous voyez bien que je ne suis pas à la mode, vous n’avez qu’à regarder mes fringues, s’est emporté Dupraz, cette remarque faisant franchement sourire l’assistance. Je ne peux pas suivre la mode, parce que je m’en contrefous. Ce qui compte, c’est l’efficacité. On a beau jeu de parler de la possession, parce qu’on copie le Barça. Mais toutes les copies du Barça sont de pâles copies. Il faut avoir plus de personnalité que ça. » Ceux qui se reconnaitront dans la description apprécieront la remarque.

« Quand vous envoyez de la merde, on vous en renvoie »

Dupraz a enfin mis en avant sa personnalité avenante. « Je vais au devant des gens parce que c’est ma nature, a souligné le natif d’Annemasse. Ça surprend tout le monde que je prenne le métro, les gens me regardent comme ça (il mime des grands yeux). Pourquoi je ne prendrais pas le métro ? Je ne suis pas un extraterrestre. Et après, je marche parce que mon cardiologue m’a dit qu’il fallait. » Mais ce que Dupraz apprécie le plus, c’est d’aller à la rencontre des gens. « Ils sont très gentils avec moi. Quand vous envoyez de la merde, on vous en renvoie. Ça ne se dit pas, il ne faut pas parler comme ça normalement, mais je vous le dis comme je le ressens. Quand vous êtes sympa avec les gens, les gens sont sympas avec vous. Il n’y a rien de pire qu’engager une conversation en ne parlant que de vous, sans écouter ce que les gens ont à vous dire. Vous avez fini la conversation, vous ne savez pas comment ils s’appellent, combien ils ont d’enfants, ce qu’ils font, et vous, vous lui avez tout dit. C’est pauvre intellectuellement, c’est mon avis. » Pas comme les conférences de presse de Dupraz.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant