Relaxe des faucheurs d'OGM à Colmar: les chercheurs s'inquiètent

le
0
Relaxe des faucheurs d'OGM à Colmar: les chercheurs s'inquiètent
Relaxe des faucheurs d'OGM à Colmar: les chercheurs s'inquiètent

Le parquet général de Colmar a annoncé ce lundi son pourvoi en cassation contre la relaxe en appel de 54 faucheurs d'OGM, qui avaient détruit en 2010 une parcelle de vigne transgénique expérimentale.

Mercredi dernier, les «faucheurs volontaires» avaient été relaxés par la Cour d'appel de Colmar. La justice avait estimé que l'Etat n'aurait jamais dû autoriser cet essai, aux risques mal estimés. Cette décision a révolté les principaux organismes de recherche publics de France, qui dénoncent ce lundi «une injustice».

Dans une lettre*, le CNRS, l'ANR, l'INSERM, le CEA, ou encore l'Ifremer «ont exprimé leur inquiétude forte face aux conséquences d'une décision de justice intervenue à l'encontre (de l'Inra, NDLR) le 14 mai». «Au nom de la communauté scientifique, nous ne pouvons aujourd'hui qu'exprimer notre total soutien à l'Institut national de la recherche agronomique, l'INRA», ont-ils écrit. La secrétaire d'Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, a indiqué souscrire «complètement au texte» signé par les responsables de ces organismes.

«Aucune vocation commerciale»

Selon la Cour d'appel de Colmar, l'Etat n'aurait en effet jamais dû autoriser cet essai de vigne transgénique au milieu du vignoble alsacien en raison d'«une erreur manifeste des risques inhérents» à cette expérience. Pour elle, l'essai était« illégal». La Cour a donc jugé que les 54 «faucheurs» n'étaient pas coupables du «délit de destruction d'une parcelle de culture OGM autorisée» créée en 2008. Autre injustice aux yeux des organismes ; si les prévenus ont été reconnus coupables de «violation de domicile» pour leur intrusion sur la parcelle de l'INRA, la Cour les a dispensés de peine.

Cet essai de recherche OGM, «dont l'objectif était d'étudier les mécanismes de résistance à une maladie virale largement répandue dans notre vignoble (le court-noué, NDLR) et les impacts potentiels de cette modification ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant