Relaxe d'une institutrice pour la mort d'un élève

le
1
LA JUSTICE RELAXE UNE INSTITUTRICE D'ARLES POUR LA MORT D'UN ÉLÈVE
LA JUSTICE RELAXE UNE INSTITUTRICE D'ARLES POUR LA MORT D'UN ÉLÈVE

MARSEILLE (Reuters) - Le tribunal correctionnel de Tarascon (Bouches-du-Rhône) a relaxé mardi une institutrice poursuivie pour la mort accidentelle, en 2011, d'un élève dans une école d'Arles.

L'enseignante était poursuivie pour un défaut de surveillance de l'enfant, retrouvé pendu au porte-manteau du couloir où elle l'avait envoyé en punition, le 26 mai 2011.

Le tribunal a suivi l'avis du procureur qui avait relevé une "faute simple" de l'institutrice qui ne pouvait de ce fait être poursuivie pour des infractions pénales, notamment celles d'homicide involontaire et de manquement à une obligation de prudence, qui sont passibles d'une peine de cinq années d'emprisonnement.

La maîtresse de CM2 de l'école Benoît Franck d'Arles avait exclu Khoren, qui devait fêter ses 11 ans quelques jours plus tard, de la classe à cause d'un comportement turbulent.

L'enfant était resté sans surveillance durant 45 minutes avant d'être retrouvé pendu par son T-shirt à un porte-manteau.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le mardi 29 oct 2013 à 11:13

    L'important c'est que le procès ait eu lieu, le verdict est suffisant, comme dans un procès de légitime défense. L'EN ne peut pas faire n'importe quoi quand même sans être rappelée à l'ordre.