Relance de l'investissement : Matignon fait appel au n°2 de BNP Paribas

le
2
Relance de l'investissement : Matignon fait appel au n°2 de BNP Paribas
Relance de l'investissement : Matignon fait appel au n°2 de BNP Paribas

Le gouvernement a décidé de s'appuyer sur un inspecteur des finances devenu banquier - après avoir été le bras droit de Bérégovoy puis de DSK à Bercy - pour mettre sur les rails le plan de relance de l'investissement dévoilé le 8 avril par Manuel Valls. François Villeroy de Galhau, actuel n°2 de BNP Paribas, va, en effet, démissionner afin de conduire une mission sur le financement de l'investissement, a annoncé ce mardi Matignon.

La banque «confirme son départ au 1er mai» de son poste de diercteur général délégué de BNP Paribas. A compter de cette date, il aura pour mission de «s'assurer que la baisse des taux d'intérêt bénéficie au mieux à l'ensemble des entreprises françaises et européennes» et à «favoriser en Europe une approche intégrée et efficace des besoins de financement», selon Matignon.

En clair, Villeroy de Galhau devra se pencher sur l'accès des entreprises, notamment ses PME, à des crédits bancaires aux taux les plus avantageux possibles et sur l'optimisation des circuits communautaires de financement de l'économie. Son rapport s'inscrira dans les mesures visant à favoriser la relance de l'investissement des entrepreprises, élément-clef de consolidation de la reprise économique favorisée aujourd'hui par la baisse des taux mais aussi celle du pétrole et de l'euro face au dollar.

Il pourrait prendre la tête de la Banque de France 

Enarque et polytechnicien, inspecteur des finances, François Villeroy de Galhau, 56 ans, fut successivement conseiller de Pierre Bérégovoy à Bercy puis à Matignon. Il occupa également la fonction de directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn et de Christian Sautter à Bercy de 1997 à 2000, puis celle de directeur général des impôts avant de rejoindre Cetelem, puis la BNP Paribas, dont il était directeur général délégué depuis décembre 2011.

La mission confiée à ce haut fonctionnaire proche de la gauche, dont le nom avait déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le mardi 21 avr 2015 à 14:30

    RECTIF : Pour un prochain quinquennat ... (je pensais très fort à un seul septennat non renouvelable)

  • M7403983 le mardi 21 avr 2015 à 14:27

    Décidément, ils font tout à l'envers... Avant d'inciter les entreprises à investir, il faudrait peut être leur offrir un cadre propice à leur "survie", cad arrêter de les EMM .....avec des réglementations, des impôts excessifs, des contrôles tatillons, un code du travail (à regarder avec un e loupe -dixit Sapin-) etc et .... Et en plus, il faut surtout des carnets de commandes !!! Il y a du pain sur la planche pour un prochain septennat !!!!