Relais (H) : L'immense bonheur des fondeurs français

le
1
Relais (H) : L'immense bonheur des fondeurs français
Relais (H) : L'immense bonheur des fondeurs français

En prenant la troisième place du relais 4x10km dimanche en Russie, les Bleus ont mis fin à la malédiction tricolore aux Jeux Olympiques. Quatrièmes à Turin en 2006 puis à Vancouver en 2010, les fondeurs français ont cette fois bel et bien glané le bronze à l'issue d'un magnifique effort collectif qui récompense un travail de (très) longue haleine de la part des athlètes eux-mêmes mais aussi des dirigeants.

« Je savais qu'il ne fallait pas que je parte trop vite, a expliqué le dernier relayeur français Ivan Perrillat Boiteux (28 ans) au micro de France Télévisions. Je me suis dit je vais gérer ma course. Quand je suis revenu sur le Russe, j'ai tout tenté (ndlr : la deuxième place était envisageable). Ça ne l'a pas fait mais on est heureux quand même. C'est énorme, je ne réalise pas. Je suis super content. Pour toute l'équipe, le staff. » Un enthousiasme évidemment partagé par Maurice Manificat (27 ans), le deuxième relayeur : « Pour le par équipes, on se transcende. C'est quelque chose de particulier. La Norvège était dans le dur, c'était l'occasion, ça s'est bien goupillé. Avec le stress, on est vidé. C'est fabuleux, c'est immense. »

Gaillard : « Plus que mérité »

Malgré une chute en début de course, Jean-Marc Gaillard (33 ans) a été partie prenante dans ce magnifique résultat qui permet au quatuor qu'il compose avec Perrillat Boiteux, Manificat et Duvillard de rapporter à la France la deuxième médaille olympique de son histoire après l'argent de Roddy Darragon en sprint à Turin en 2006. « J'ai des super collègues. C'était une course de fous. Tout était réuni aujourd'hui. Hier soir (samedi), on s'était dit qu'il n'y avait que le podium qui comptait et qu'il y en avait marre des quatrièmes places. Même si je suis tombé, je me suis accroché. Ça fait tellement longtemps qu'on l'attend cette médaille. Il y a eu beaucoup de frustration pendant longtemps. J'espère que le ski de fond va surfer là-dessus. C'est plus que mérité. »

Pour conclure, Robin Duvillard (30 ans) se dit ravi de montrer qu'il n'y a pas qu'un sport qui chipe des breloques pour la France : « On montre qu'il n'y a pas que le biathlon. On a une équipe de France fabuleuse. Roddy (Darragon) il y a huit ans, c'était déjà fort. Aujourd'hui, c'est encore plus beau. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 16 fév 2014 à 15:24

    En général,ils présentent mal à la télé:On dirait des zonards mal rasés et sales.Désolé...regardez les autres équipes ,le look est différent...