Rekik-Nkoulou, ce n'est pas encore ça !

le
0
Rekik-Nkoulou, ce n'est pas encore ça !
Rekik-Nkoulou, ce n'est pas encore ça !

L'association défensive Karim Rekik-Nicolas Nkoulou a donné quelques signes inquiétants de fébrilité lors de la défaite contre Fenerbahçe. Pourtant, c'est bien cette doublette qui devrait débuter la saison. De quoi s'inquiéter ?

Tirer des conclusions hâtives d’un match de pré-saison… Voilà un job qui n’est pas forcément du goût de tous les journalistes. Car les paramètres qui encombrent le jugement sont bien plus nombreux qu’en pleine saison. Qu’il s’agisse de Lorient, Lille, Troyes ou Marseille, le constat est le même. A quinze jours du début de la saison 2015-16, les équipes ne sont pas encore totalement prêtes, les organismes sont trop sollicités et les recrues ne se sont pas forcément bien adaptées. Exception bien sûr de Monaco qui joue son 3eme tour préliminaire de Ligue des Champions face aux Young Boys de Berne dans quelques jours, il faudra encore du temps pour jauger le niveau de chacun. Mais il faut tout de même se pencher sur telle ou telle situation, telle ou telle association. Surtout quand celle-ci est nouvelle et concerne un club qui affiche quelques ambitions malgré un recrutement que certains qualifieront de « périlleux ». L’OM donc et ses nouvelles têtes. L’une d’elles, Karim Rekik, a fait un peu plus parler car elle semble, sur le papier, la plus intéressante. Mais il y a aussi l’OM et ses cadres. Si plusieurs sont partis, d’autres ont bien failli quitter la cité phocéenne sans le veto de Marcelo Bielsa. On pense évidemment à Nicolas Nkoulou, ardemment courtisé par l’OL de Jean-Michel Aulas.

Rekik n'est pas encore prêt

Et ces deux-là vont avoir un rôle important à jouer pour l’OM cette saison. Car de leur association en défense centrale dépendra la bonne saison de la formation olympienne. Sans cette bonne assise défensive, Marcelo Bielsa ne pourra pas mettre en place son exigent système de jeu. Pour le moment, les prestations ne sont pas des plus rassurantes. Comme lors de la victoire contre l’Etoile du Sahel (5-1), Karim Rekik a montré quelques lacunes dans le replacement et dans la gestion des ballons longs face à Fenerbahçe. Mercredi, le Néerlandais s’est encore fait prendre dans le dos par Fernandao. Une mauvaise habitude à gommer. Sa lenteur doit forcément être compensée par une vision du jeu irréprochable. Pour le moment, ce n’est pas le cas. Il y a quand même quelques signes positifs, comme sa propension à créer le surnombre en phase offensive, son agressivité dans les duels et son jeu de tête, très performant.

Stéphane Sparagna, la bonne surprise

A côté de lui, et dans un système en 3-3-3-1, Marcelo Bielsa avait opté pour Nicolas Nkoulou évidemment mais aussi Stéphane Sparagna. Ce dernier a montré des choses intéressantes comme lors de ses brefs passages en Ligue 1 la saison dernière. On sait que l’entraîneur marseillais l’apprécie beaucoup et sa complémentarité avec Nkoulou et Rekik pourrait être l’un des chantiers d’avenir du club phocéen. Pour le moment, le chantier prioritaire est la mise à niveau de chacun. Nicolas Nkoulou n’est pas encore à 100% et son transfert avorté à Lyon va peut-être lui rester un peu dans les jambes. Mais le Camerounais connaît l’environnement marseillais et le système de jeu prôné par Bielsa. C’est plus qu’un avantage. C’est donc vers Karim Rekik que les regards vont se tourner en priorité au soir de la première journée de Ligue 1. Pour le moment, il n’y a pas le feu au lac. Mais à Marseille, le temps, c’est un peu plus d’argent qu’autre part…

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant