Rejet des pourvois dans l'affaire de la jeune Léa

le
0
REJET DES POURVOIS DANS L'AFFAIRE DE LA JEUNE LÉA
REJET DES POURVOIS DANS L'AFFAIRE DE LA JEUNE LÉA

PARIS (Reuters) - La cour de cassation a rejeté mardi les pourvois formés par Gérald Seureau, le meurtrier présumé de la jeune Léa en 2011 à Montpellier, qui visaient à obtenir l'annulation de son renvoi devant la cour d'assises de l'Hérault.

Elle a ainsi levé les derniers obstacles à la tenue d'un procès attendu depuis trois ans par la famille de la lycéenne.

L'auteur présumé du viol et du meurtre de la lycéenne avait reconnu les faits lors d'une première garde à vue au commissariat de Montpellier et conduit les policiers jusqu'au corps de la victime.

Il avait ensuite réitéré ses aveux devant la police judiciaire, avant de revenir plus tard sur ses déclarations en affirmant ne plus se souvenir de rien.

Ses défenseurs ont multiplié les recours contre son renvoi devant une cour d'assises, jouant notamment de l'imbroglio autour de la rétroactivité de la loi réformant la garde à vue du printemps 2011.

Quand bien même ces droits n'existaient pas encore, Gérald Seureau aurait dû bénéficier du droit au silence et d'un avocat pendant toutes ses auditions, de sorte que ses avocats ont obtenu l'annulation de la seconde garde à vue.

Ils ont ensuite tenté devant la cour de cassation d'obtenir l'annulation de la première garde à vue, ce qui aurait eu pour effet de vider le dossier de toute substance.

La haute juridiction a également rejeté le second motif de pourvoi basé sur la partialité supposé d'un des juges, faisant valoir que le mis en examen n'avait pas usé de son droit de récuser ce magistrat, comme il pouvait le faire.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant