Rejet de la suspension des poursuites contre Henri Guaino

le
1
REJET DE LA SUSPENSION DES POURSUITES CONTRE HENRI GUAINO
REJET DE LA SUSPENSION DES POURSUITES CONTRE HENRI GUAINO

PARIS (Reuters) - Les députés français ont refusé mardi de suspendre les poursuites judiciaires contre Henri Guaino jusqu'à la fin de la session parlementaire, fin juin, comme il l'avait lui-même demandé dans une proposition de résolution.

Ce texte a été rejeté, majorité contre opposition, par 137 voix contre 103.

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy devenu député UMP des Yvelines en juin 2012 a été renvoyé en correctionnelle pour outrage à magistrat en raison de ses propos contre le juge Jean-Michel Gentil dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

Il avait accusé en mars 2013 le juge d'avoir "déshonoré la justice" pour avoir mis en examen Nicolas Sarkozy, qui a bénéficié plus tard d'un non-lieu, dans l'affaire Bettencourt.

Henri Guaino a reçu le soutien du radical de gauche Alain Tourret, avocat de formation, qui est intervenu à la tribune. "Je revendique pour Henri Guaino le droit à l'outrance, le droit à la provocation, le droit à la polémique", a-t-il dit.

Dans sa résolution, le député UMP affirmait notamment que si l'Assemblée la votait, elle "rappellerait que dans une société libre, le parlementaire a un rôle particulier à jouer et qu'il ne peut le jouer sans une totale liberté de parole".

"Vous donner raison serait aboutir à une irresponsabilité (pénale) totale", a dit Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois.

La procédure visant à suspendre les poursuites en cours visant des députés est rarement utilisée. Selon Henri Guaino lui-même, elle l'a été huit fois sous la IIIe République, trois fois sous la IVe et trois fois sur la Ve.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le mardi 3 juin 2014 à 18:49

    C'est glandouille qui à écris le texte ??