Reims joue avec le feu

le
0

En s’inclinant sur le terrain de la lanterne rouge, Troyes (2-1, 34eme journée de Ligue 1), Reims s’est tiré une balle dans le pied dans la course au maintien. Pourtant, grâce aux contre-performances de ses autres adversaires, le club champenois reste au-dessus de la ligne de flottaison.

Dans son calendrier dantesque de la fin de saison, le Stade de Reims avait coché cette date du 16 avril comme celle du rendez-vous à ne pas manquer. En aucun cas. Et pourtant, les Rémois l’ont raté dans les grandes largeurs. Avant d’affronter Nice, Montpellier, Marseille et Lyon lors des quatre dernières journées, les hommes d’Olivier Guégan ont chuté sur la pelouse de Troyes samedi soir (2-1, 34eme journée de Ligue 1), face à une équipe qui n’avait jusqu’à présent gagné que deux rencontres cette saison. « Je suis très déçu de notre prestation. Et quand je dis notre, je parle des joueurs et m’inclus dedans avec le staff, soufflait le coach rémois en conférence de presse à l’issue de la rencontre. On s’attendait à jouer un adversaire libéré, qui allait lâcher les chevaux et ça a été le cas. On n’a pas fait un match digne d’une équipe qui joue sa survie, notamment en première période. On était amorphe, fébrile et on a manqué d’engagement et d’intelligence. On a attendu de se faire fesser pour commencer à jouer… »

Signorino : « Cela risque de se jouer lors de la dernière journée »

Dominés en première période, les coéquipiers d’Aissa Mandi ont tenu bon jusqu’au retour des vestiaires et cette ouverture du score troyenne de Fabien Camus. Dépassés et sans esprit de révolte, les Rémois ont cédé une deuxième fois sur un penalty de Benjamin Nivet. Et il a fallu attendre à la 64eme minute de jeu pour que le 17eme de Ligue 1 montre un soupçon de réaction et réduise l’écart par Tievy Bifouma. « Ce soir, on n’a pas été à la hauteur de nos ambitions. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, observait avec une lucidité amère Franck Signorino dans les couloirs du stade de l’Aube. On va retourner dans le dur avant notre déplacement à Nice. Notre calendrier est délicat, cela risque de se jouer lors de la dernière journée mais on fait avec ce que l’on a. »

Guégan : « Nos adversaires n’avancent pas, on va se raccrocher à ça »

Malgré cette quatrième défaite sur les six dernières journées de championnat, Reims reste au-dessus de la ligne de flottaison. Avec la défaite du Gazélec Ajaccio et surtout l’égalisation tardive de Lorient contre Toulouse, le club champenois peut s’estimer chanceux de conserver deux points d’avance sur la zone. « La seule satisfaction c’est que nos adversaires n’ont pas avancé et on va se raccrocher à ça, reconnaissait Olivier Guégan en conférence de presse. La vérité du soir, c’est que nous avons fait un mauvais match mais que nous restons en dehors de la zone rouge. Ce n’est pas suffisant, à nous maintenant d’aller prendre des points où on ne nous attend pas. » C’est-à-dire à Nice, dès le week-end prochain, face à un prétendant au podium.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant