Reims : Guégan charge Caillot

le
0

Olivier Guégan n’épargne pas son président Jean-Pierre Caillot au lendemain de son éviction du poste d’entraîneur du Stade de Reims. L’ex-coach rémois, qui regrette de ne pas avoir imposé certains choix à ses dirigeants, parle même d’amateurisme.

Olivier Guégan ne fait aucun cadeau à Jean-Pierre Caillot. Évincé de ses fonctions d’entraîneur du Stade de Reims après la défaite à Nice (2-0) il y a dix jours, l’ex-coach rémois n’épargne pas son président dans une longue interview accordée au journal l’Equipe, où il va même jusqu’à parler d’amateurisme. « Il faut un relais fort entre le groupe et les dirigeants, surtout en Ligue 1. Le métier de président, c’est un métier à temps plein. L’amateurisme n’a plus sa place ». Dans cet entretien, Olivier Guégan, frustré qu’on ne lui laisse pas terminer la saison, revient à plusieurs reprises sur ce manque de soutien quasi permanent de ses dirigeants, et en premier lieu du président Jean-Pierre Caillot. « Je ne suis pas sûr d’avoir eu le soutien total de tout le monde (…) Je pense qu’une relation président-entraîneur doit être très forte. Soutien, il y avait, mais il était limité. Si je n’ai pas pu aller au bout, c’est qu’il y avait des failles. »

« Depuis que Létang est parti, il n’y a plus de ligne directrice »

Celui qui a exercé toutes les fonctions au Stade de Reims revient également longuement sur la complexité de collaborer avec non pas un, mais deux présidents, comme c’est le cas chez l’actuel 18eme de Ligue 1 avec le tandem composé de Jean-Pierre Caillot et Didier Perrin. « Pour gouverner le club, c’est pas toujours facile. Il y a deux voix différentes et il faut qu’elles s’accordent. Parmi les autres lacunes pointées du doigt par Olivier Guégan, figure également l’immense vide laissé à ses yeux par Olivier Létang, l’actuel directeur sportif-adjoint du PSG et ancien directeur général du club rémois. « Depuis qu’il est parti, il n’y a plus de ligne directrice. Il manque quelqu’un pour faire le lien entre le sportif et le président. Olivier prenait beaucoup de coups, mais il était le pare-feu de tout le monde », analyse celui qui regrette avec du recul de ne pas avoir imposé certaines décisions à ses dirigeants, notamment en termes de recrutement.

« Je regrette de ne pas avoir imposé certains joueurs »

« Le seul regret que j’ai vraiment, c’est de ne pas avoir imposé certains joueurs à certains postes. Le poste de gardien de but, notamment, parce que dès septembre, j’avais ciblé un gardien étranger et on n’avait pas pu faire le deal. Ce groupe a écrit une page de l’histoire du club, mais il arrive en fin de cycle et aurait dû être régénéré l’été dernier », estime l’ancien joueur de Brest, qui déplore également de ne pas avoir pu choisir lui-même son staff. « Il est indispensable d’avoir des hommes à soi ». Quant à son avenir, Olivier Guégan ne sait pas encore de quoi il sera fait, mais il croise les doigts pour retrouver un banc au plus vite. « Je suis rassuré parce que j’ai des sollicitations. Je ne sais pas dans quelle division ni quel pays je serai, mais j’espère être sur un banc en juillet. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant