Reims en danger

le
0

Battu à domicile par Guingamp (0-1) lors de la 31eme journée de Ligue 1, Reims peut s'en vouloir. Les Champenois ont dominé sans concrétiser. Les Rémois, 18emes de Ligue 1 et premiers relégables, vont vivre une fin de saison compliquée.

Samedi soir au coup d’envoi, Reims avait l’occasion de passer devant son adversaire du soir et de s’éloigner un peu plus de la zone de relégation. Mais un but de Sankharé (26eme) est venu contrecarrer les plans des Champenois. Résultat, ce dimanche les hommes d’Olivier Guégan se réveillent avec la gueule de bois et une place de relégable qui fait mal. « Sur notre seule erreur de tout le match, on paie. Je suis très déçu pour les joueurs. On s'était bien préparé (...) Il faut qu'on devienne plus hermétique, parce que courir après le résultat c'est difficile. Ce match était important, c'est dommage de ne pas avoir pris les points » constatait l’entraineur de Reims après le match. Un résultat doublement frustrant lorsqu’on sait que les Rémois ont eu jusqu’à 75% de possession de balle durant la rencontre. La barre transversale de De Préville et surtout l’occasion de Bangoura dans les arrêts de jeu ont de quoi laisser d’énormes regrets.

« On est loin d’être morts »

Un sentiment de frustration donc, qui revient sans cesse à Auguste Delaune. Auteur d’un bon match nul à Monaco la semaine dernière (2-2), Reims est retombé dans ses travers, mais préfère se servir de cette défaite comme d’une source de motivation pour la suite « Le football est cruel. Je félicite mes joueurs parce qu'ils ont fait le match que j'attendais d'eux. Il manque seulement un peu de justesse technique dans le dernier geste et un peu d'agressivité » relate Guégan. Pourtant, la fin de saison s’annonce très compliquée pour Reims. Avec un déplacement à Rennes dès la prochaine journée, puis la réception de Nantes avant d’affronter Nice quelques jours plus tard ainsi que Marseille et Lyon lors des deux dernières journées, le calendrier ne joue pas en faveur des Rémois. Franck Signorino s’est d’ailleurs voulu conquérant avant d’entamer ce sprint final : « On doit avoir les dents qui rayent le parquet ». Pour sa part, Olivier Guégan s’est montré optimiste « On est loin d'être morts. Il faut persévérer, ça paiera forcément.» Pour cela, il faudra se montrer plus réaliste que face à Guingamp.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant