Reims : du champagne sans les bulles.

le
0
Reims : du champagne sans les bulles.
Reims : du champagne sans les bulles.

Opposé ce soir à Bordeaux à Auguste-Delaune, le Stade de Reims inquiète ses supporters. Et il y a de quoi, après les deux récentes gifles infligées par l'OM et Metz. Entraîneur contesté, tensions de vestiaire, recrutement en question, groupe atteint physiquement et moralement Inventaire des maux rémois.

Vasseur, déjà menacé ? Quand une équipe enchaîne les valises comme ce fut le cas pour Reims lors des deux derniers matchs (0-5 contre Marseille, 0-3 contre Metz), le premier réflexe est de pointer du doigt la responsabilité de l'entraîneur. Et il faut dire que Jean-Luc Vasseur a tout du fusible idéal : nouvel arrivé en remplacement de l'apprécié Hubert Fournier, novice en L1, inexpérimenté, pas franchement charismatique Vasseur pose question et ne fait rien pour y répondre, avec des choix tactiques et de joueurs surprenants. Face à l'OM par exemple, lors du dernier match disputé à domicile, le sosie d'Arno Klarsfeld a dérouté en décidant de quitter son habituel 4-4-1-1 qui avait bien réussi face à Toulouse (2-0), puis Lorient (1-0), pour adopter une sorte de 4-3-1-2 avec Bourillon en seule sentinelle devant la défense et Oniangué en meneur de jeu. Résultat, une boucherie, pour paraphraser Clubber Lang dans Rocky 3. L'attitude de son équipe en match a aussi de quoi interpeller, avec des joueurs perdus, qui paraissent multiplier les mauvais choix à mesure que le score s'aggrave. Un but encaissé et tout le monde semble vouloir se ruer vers l'attaque, au détriment de l'équilibre d'ensemble et du bon sens. Face à cette situation, « JLV » ne semble pas savoir comment réagir depuis son banc, montrant des signes inquiétants d'impuissance. Par ailleurs, une rumeur circule aussi à Reims concernant l'influence de l'agent de Vasseur, Franck Belhassen. Il a beaucoup bossé ces temps derniers avec le club, plaçant non seulement un entraîneur de son « pool » sur le banc, mais aussi quantité de joueurs : N'Gog et Moukandjo cet été, en plus de Conte, Atar et Fortes. De quoi alimenter des soupçons de favoritisme, ce qui ne ferait qu'accentuer les tensions au sein de l'effectif.
Un vestiaire divisé Franck Signorino, récemment écarté du groupe, a eu beau chercher à rassurer par des déclarations faites à la presse locale, il semble bien que le groupe pro rémois paraît moins uni et homogène qu'avant. Le latéral, ainsi que Tacalfred, Agassa ou Devaux, ne sont plus les cadres qu'ils étaient du temps de Fournier. Son successeur, comme tout nouvel entraîneur arrivant dans un club, a voulu imposer ses choix, même si ceux-ci ne s'avèrent pas toujours judicieux. Contestés, les installés du vestiaire doivent faire une place aux petits nouveaux, Roberge, Mavinga, N'Gog and co.......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant