Reims-Bastia : Jusqu'à cinq mois de prison avec sursis requis contre sept supporters corses

le
0
Reims-Bastia : Jusqu'à cinq mois de prison avec sursis requis contre sept supporters corses
Reims-Bastia : Jusqu'à cinq mois de prison avec sursis requis contre sept supporters corses

Suite aux incidents du 13 février dernier, le procureur de Reims a requis un à cinq mois de prison avec sursis et un à deux ans d'interdiction de stade pour sept supporters bastiais qui sont poursuivis pour rébellion et outrage envers des policiers.

Suite aux incidents du 13 février dernier, le procureur de Reims a requis un à cinq mois de prison avec sursis et un à deux ans d'interdiction de stade pour sept supporters bastiais qui sont poursuivis pour « menaces, rébellion et outrage à personnes dépositaires d’une autorité publique ». Et ceci malgré la présence de plusieurs soutiens du Sporting qui avaient fait le déplacement ce mardi en Champagne (un vol charter spécial de la compagnie française XL Airways a été spécialement affrété). Alors que les affrontements avec la police ont eu lieu en marge d’une rencontre comptant pour la 26eme journée de Ligue 1, c’est lors de ces incidents qu’un supporteur, Maxime Beux, a perdu l’usage d’un œil, suscitant des manifestations de protestation en Corse.

« Demain commence le procès de nos supporters et la personne qui a crevé l’œil de l’un d’eux n’est toujours pas inquiétée, avait prévenu le secrétaire général du SC Bastia, Antonio Agostini, arrivé lundi par solidarité à Reims, à nos confrères de L’Union. Depuis plus d’un mois, nous n’avons toujours aucun écho de ce qui se passe pour le fonctionnaire au FlashBall et la fine équipe de la BAC (brigade anti-criminalité) qui s’est défoulée sur des supporters, c’est quand même un comble. » La peine de cinq mois a été requise contre un seul des sept supporters, accusé de détention de substance explosive.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant