Rehn salue l'effort budgétaire de la France, veut des précisions

le
1
LES FINANCES PUBLIQUES
LES FINANCES PUBLIQUES

PARIS (Reuters) - Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a salué mardi les efforts de la France pour redresser ses finances publiques et améliorer sa croissance économique ainsi que le fonctionnement de son marché du travail.

Il a souhaité cependant davantage de précision sur la façon dont le gouvernement français compensera pour les entreprises la hausse des cotisations retraites prévue dans le cadre de la prochaine réforme.

Pour la France, "le respect de ses engagements est une jauge de la crédibilité non seulement de la politique menée dans ce pays mais de celles de la zone euro tout entière", a-t-il expliqué devant le European American Press Club, à Paris.

"Je salue donc les efforts réels entrepris pour remettre les finances publiques de la France sur une trajectoire soutenable et les décisions pour supprimer certains des freins à la croissance et à l'emploi", a-t-il ajouté.

La Commission européenne, qui a ouvert une procédure pour déficit excessif contre la France, rendra son avis sur le projet de budget 2014 du gouvernement français à la mi-novembre.

"Il reste bien sûr beaucoup à faire et quelques détails importants manquent encore avant que nous puissions faire une évaluation complète des mesures qui ont été annoncées", a ajouté Olli Rehn.

Il a souhaité en particulier savoir comment le gouvernement compensera, comme il l'a promis, la hausse des cotisations retraites des entreprises, "afin de s'assurer que le coût du travail, déjà élevé, n'augmente pas davantage".

Le gouvernement français a annoncé que cette compensation passerait par une baisse des contributions versées par les entreprises à la branche famille de la sécurité sociale.

La France promet d'atteindre dans les temps la nouvelle limite fixée par l'exécutif européen, qui lui a donné deux ans de plus pour ramener son déficit public sous 3% du PIB, à fin 2015.

Selon les nouvelles prévisions pluriannuelles dévoilées mardi, ce déficit s'élèverait à 2,8% fin 2015, après 3,6% fin 2014 et 4,1% fin 2013.

Interrogé sur le dérapage du déficit de la France - qui prévoit désormais qu'il atteigne 1,2% fin 2017 - par rapport aux précédents objectifs, Olli Rehn a souligné qu'il s'entretiendrait mercredi avec le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault.

L'analyse complète du projet de budget de la France et de ses nouvelles perspectives des finances publiques suppose un travail approfondi de la Commission, a-t-il ajouté, en donnant rendez-vous aux conclusions présentées mi-novembre.

Prié de dire si la réforme des retraites annoncée par le gouvernement allait suffisamment loin, il a répondu qu'il avait conscience que la précédente réforme, en 2010, avait suscité une très forte opposition dans la société française et jugé important que le gouvernement ait agit, en particulier "pour relever l'âge effectif de départ à la retraite"

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le mardi 1 oct 2013 à 18:42

    La seule trajectoire effective, c'est 35 ans de déficits de plus en plus plantureux !!! Pour quels résultats ?

Partenaires Taux