Réhabiliter plutôt que détruire les HLM

le
0
Les architectes Lacaton et Vassal ont été primés pour la réhabilitation d'une tour dans le 17ème arrondissement à Paris.

Démolir ou reconstruire en mieux ? Sujet brûlant qui a longtemps divisé les politiques, les urbanistes et les architectes. Généralement souvent au détriment des habitants. Alors que tous planchent sur le Grand Paris, ce n'est pas un hasard si le projet de transformation de la tour Bois-le-Prêtre (XVIIe), en limite des communes de Clichy (92) et de Saint-Ouen (93), a été récompensé, hier soir, par l'équerre d'argent. Initiée en 1983 par le groupe Le Moniteur, cette distinction est attribuée par un jury à une œuvre construite en France mais conçue par un architecte, sans restriction de nationalité.

Au-delà de bousculer les idées reçues, la réhabilitation formidablement innovante de cette tour réactive une des missions premières de l'architecture : offrir le plaisir d'habiter son chez soi. Une notion oubliée à l'ère du gain de place qui a pourtant toujours été la motivation du duo Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, qui ont créé leur agence en 1987. Depuis toujours, ces deux associés sont des militants acharnés du «mieux habiter». Cette ambition de générosité va à l'encontre de ceux qui veulent réduire l'espace pour réduire les coûts. Mais, pourquoi s'en priver ? Construire le double avec le même budget voilà l'objectif auquel ils ont répondu ici avec brio, en respectant les normes du développement durable.

Construite entre 1959 et 1961, cette tour de 97 logements avait été réalisée par Raymond Lopez sur les bases du plan Lafay et des recommandations de Pierre Sudreau, commissaire à la construction et à l'urbanisme du département de la Seine. Trente ans plus tard, au début des années 1990, l'Opac de Paris faisait réaliser des travaux de mise aux normes par le bureau Tecteam qui donna à la tour un triste aspect.

En 2005, l'Opac lançait un nouveau concours pour la transformation du bâtiment, trois ans après la signature d'un avenant au contrat de la Ville de Paris, destiné à améliorer la qualité de vie des quartiers périphériques. Il s'agissait de démontrer qu'en dépensant moins, soit 100.000 euros par logement contre 170.000 euros pour une démolition/reconstruction, l'opération serait plus réussie qu'avec du neuf. Le pari est gagné avec un nouvel habillage mené pour Paris Habitat (OPH maître d'ouvrage) offrant plus de superficie par une extension de 3 mètres des planchers, plus de verdure par la création de jardins d'hiver, plus de confort par la réduction des nuisances sonores. Tout cela en ayant laissé les habitants in situ...

LIRE AUSSI :

» Les dix projets du Grand Paris

» La carte des prix immobilier en France

SERVICE :

Retrouvez les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR :

» Twitter : @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant