Réguler les marchés des matières premières, une urgence internationale

le
0
(Commodesk.com) L'inflation des cours des principales matières premières et leur volatilité galopante ne sont pas inéluctables, a expliqué la mission parlementaire "d'information sur le prix des matières premières", qui rendait son rapport ce mercredi. Elle préconise même la mise en place de certains mécanismes, qui seraient à même de contrer ces mouvements contradictoires. L'objectif est de les proposer lors du prochain sommet du G20 à Cannes les 3 et 4 novembre. La présidente, Pascale Got, a ainsi donné deux exemples : "depuis 2000, le prix du baril de pétrole a été multiplié par sept entre 2000 et 2008. Et depuis cette date, les prix des matières premières ont globalement baissé trois fois plus vite que lors d'un cycle moyen, en quatre fois moins de temps". Son groupe de travail commence par rappeler les évolutions actuelles : une hausse de la demande mondiale, tirée par une démographie galopante, des progrès économiques croissants au sein des pays émergents et le boom des biocarburants. Les cours des matières premières sont également de plus en plus corrélés aux marchés boursiers et subissent plus fortement l'évolution structurelle générale, en plus de leur dépendance aux aléas climatiques. Les rapporteurs proposent ensuite des solutions : une amélioration des approvisionnements, une meilleure identification des acteurs des marchés, ainsi que des opérations financières, la supervision des chambres de compensation pour garantir la sécurité sur les marchés de gré à gré, une régulation permettant de limiter les prises de position sur l'ensemble des marchés dérivés, en distinguant potentiellement s'il s'agit d'un spéculateur ou d'un fournisseur. La priorité est de lutter contre l'opacité qui existe avec les investisseurs et sur les marchés physiques, pour faire face aux fluctuations disproportionnées des cours et à la nécessité pour les producteurs de pouvoir se couvrir.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant