Règlement de comptes à l'Observatoire de la laïcité

le
2
Des fleurs et un drapeau restés accrochés à la statue du Triomphe de la République le 12 janvier 2015, après la marche républicaine (illustration). 
Des fleurs et un drapeau restés accrochés à la statue du Triomphe de la République le 12 janvier 2015, après la marche républicaine (illustration). 

La laïcité est un pilier de notre République. Mais ce n'est pas une notion consensuelle. Elle est, au contraire, l'objet d'un vaste débat. Pas facile, dans ces conditions, d'être objectif quand il s'agit de faire des recommandations aux pouvoirs publics en la matière. C'est pourtant la mission de l'Observatoire de la laïcité. Voulu en 2003, créé en 2007, il est aujourd'hui au bord de l'explosion, comme le relate le magazine Marianne

Tout démarre d'une interview, le 6 janvier, d'Élisabeth Badinter sur France Inter. La philosophe, qui a participé au numéro spécial de Charlie Hebdo un an après, avait déclaré que les défenseurs de la laïcité devaient « s'accrocher » et qu'il ne fallait pas avoir peur d'être taxé d'islamophobie, un argument devenu « une arme entre les mains des fondamentalistes » pour nourrir le soupçon contre les laïcs. « On ferme le bec de toute discussion sur l'islam en particulier, ou d'autres religions, avec la condamnation absolue que personne ne supporte : Vous êtes raciste ou vous êtes islamophobe, taisez-vous ! » avait affirmé la philosophe.

Cette intervention a consterné le rapporteur général de l'observatoire, Nicolas Cadène, qui a réagi à chaud sur Twitter :

Un tweet qui, selon Marianne,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 11 mois

    On touche le fond!

  • aerosp il y a 11 mois

    imaginez qu'on lui réponde qu'il ne fallait pas avoir peur d'être taxé d'antisémite ?