Régionales-Wauquiez veut un "bouclier de sécurité" à 45 millions

le
0

LYON, 21 novembre (Reuters) - Laurent Wauquiez, candidat Les Républicains en Rhône-Alpes-Auvergne, a promis samedi de débloquer rapidement 45 millions d'euros pour créer un "bouclier de sécurité" dans la région s'il est élu en décembre. Celui qui a réclamé des centres de rétention pour "les 4.000 personnes vivant sur le territoire, fichées pour terrorisme" après les attentats qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés le 13 novembre, a décliné la thématique en région. Il entend notamment investir massivement dans la vidéo-surveillance, dont il voudrait équiper les gares et les Trains express régionaux, pour un montant de cinq millions d'euros. Il réclame en outre la création d'une police dédiée aux transports ferroviaires dans sa région, comme en Ile-de-France. La SNCF dispose à l'échelle nationale d'une police dédiée, la sûreté générale. Laurent Wauquiez veut aussi faire équiper les lycées de vidéo-surveillance "selon la demande des directeurs" voire y faire poser des portiques "afin qu'il n'y ait pas d'armes qui entrent dans nos lycées qui doivent être des sanctuaires républicains", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Les mesures pour les lycées coûteraient jusqu'à 20 millions d'euros, selon lui. Il veut également aider les communes, à hauteur de 10 millions d'euros, à s'équiper en vidéo-surveillance et à armer leur police municipale. Sortant du cadre de la campagne, il a en outre évoqué la préparation, avec d'autres députés de sa région, d'une proposition de loi permettant de croiser les données sur les individus faisant l'objet d'une fiche "S" (Sûreté de l'Etat) et les sites industriels classés Seveso. "Auvergne-Rhône-Alpes est la première région de France en nombre d'établissements Seveso. On en compte 140 dans la région, soit 13% des sites de l'ensemble du territoire national", a-t-il dit, rappelant que l'attentat commis en juin à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, visait un site Seveso. Il a encore dit souhaiter que soit assurée "une confidentialité totale sur les activités de sites Seveso. Ne rendons pas public des activités qui peuvent permettre des activités terroristes." (Catherine Lagrange, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant