Régionales-Valls appelle à la mobilisation contre le FN

le
1
    PARIS, 1er décembre (Reuters) - Manuel Valls a appelé mardi 
les Français à voter aux élections régionales des 6 et 13 
décembre pour faire échec au Front national qui pourrait, selon 
un récent sondage, remporter deux régions.  
    Le Premier ministre a répété sur Europe 1 que la droite 
comme la gauche devraient au soir du premier tour prendre leurs 
responsabilités pour empêcher le FN de remporter une région. 
    "Ce que je souhaite, c'est que les Français se mobilisent, 
qu'ils aillent voter (...). Qu'ils votent d'abord pour les 
formations républicaines et qu'ils fassent reculer le Front 
national", a dit Manuel Valls. 
    Le FN "mettrait le pays par terre" et "ruinerait" les 
retraités, les ouvriers et les jeunes, a-t-il ajouté. 
    "C'est une menace économique. Le Front national n'aime pas 
la France, trompe les Français", a poursuivi Manuel Valls, 
critiquant la mise en cause par Marine Le Pen de la 
responsabilité du gouvernement dans les attentats du 13 
novembre. 
    "Attention à la supercherie, à ceux qui vous disent 'avec 
nous, il n'y aurait pas d'attentat', tous ceux qui disent cela 
mentent et il faut mettre fin à la supercherie de l'extrême 
droite sur tous les domaines", a dit le Premier ministre. 
    Manuel Valls a salué les critiques à l'égard du Front 
national du président du Medef, Pierre Gattaz, et du quotidien 
La Voix du Nord.    
    Selon un récent sondage BVA, deux régions pourraient être 
dirigées par le FN en cas de triangulaires: le 
Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est créditée de 
44% d'intentions de vote au second tour, et la 
Provence-Alpes-Côte d'Azur, où Marion Maréchal-Le Pen recueille 
43% d'intentions de vote.         
    LE POINT sur les élections régionales   
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Marine Pennetier) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 1 déc 2015 à 09:23

    Après l'Etat d'urgence, l'Etat de disgrâce revient vite. Cette gouvernance du quotidien est nauséabonde.