REGIONALES-Marion Maréchal-Le Pen fait deux fois mieux que son grand-père

le
0
    LE PONTET, Vaucluse, 6 décembre (Reuters) - Marion 
Maréchal-Le Pen a fait deux fois mieux dimanche, à plus de 40% 
des voix en Provence-Alpes-Côte d'Azur, que le score réalisé aux 
élections régionales de 2010 par son grand-père dans ce bastion 
détenu depuis 1998 par la gauche. 
    La benjamine de la famille Le Pen, âgée de 25 ans, a réalisé 
un score très supérieur à celui du fondateur du Front national, 
qui n'avait obtenu qu'un peu plus de 20% des voix il y a cinq 
ans. Avec 42,87%, elle fait même mieux que sa tante Marine Le 
Pen dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie (41,65%).  
    La formation d'extrême droite se retrouve en bonne position 
pour prendre les commandes de cette région où le président 
sortant, le socialiste Michel Vauzelle, ne se représentait pas. 
    "Il y a un indéniable appel au changement. Le vieux monde 
des politiciens est mort, c'est la République qui leur a donné 
une leçon", a dit Marion Maréchal-Le Pen au Pontet (Vaucluse), 
évoquant une "nouvelle génération politique qui émerge". 
    "C'est un score extraordinaire, un score historique", 
a-t-elle ajouté, précisant que le taux de participation en 
hausse était une "preuve supplémentaire" de la capacité du Front 
national à "mobiliser et à faire reculer l'abstention" en PACA. 
    La tête de liste frontiste devance de très loin Christian 
Estrosi (Les Républicains), dont le score (24,4% des voix) se 
situe très en deçà des 30% que lui octroyaient les sondages.  
    La gauche divisée termine encore plus loin avec 16% des voix 
au crédit du socialiste Christophe Castaner et 7% pour le binôme 
Europe-Ecologie-Les Verts/Front de gauche. 
    "Nos scores ont de quoi réjouir, mais il reste encore tout à 
faire. Rien n'est acquis", a prévenu Marion Maréchal-Le Pen face 
aux militants scandant : "On est chez nous". 
    Elle a dit ne pas craindre les conséquences du désistement 
des listes du PS en faveur de Christian Estrosi pour lui faire 
barrage, annoncé par les instances nationales du parti, alors 
que Christopher Castaner s'y refusait en début de soirée. 
    "Si les électeurs se mobilisent dans les mêmes proportions 
au second tour, nous pourrons gagner quels que soient les 
accords des socialistes et de l'UMP qui ne font que révéler un 
peu plus la connivence contre nature qui est la leur", a dit 
Marion Maréchal-Le Pen. 
    La députée du Vaucluse réalise ses meilleurs scores dans son 
département d'adoption, où elle dépasse largement la barre des 
50% dans sa circonscription de Sorgues ou encore au Pontet, 
l'une des villes enlevées par le FN aux municipales de 2014. 
    "Le temps du changement est venu, rien ne peut plus nous 
priver de cette victoire", a souligné un cadre local du FN. "Le 
deuxième tour ne fera que confirmer, voire amplifier, la 
dynamique qui nous porte." 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant