Régionales : l'opposition vent debout contre le report des élections

le
2
Régionales : l'opposition vent debout contre le report des élections
Régionales : l'opposition vent debout contre le report des élections

«Un tripatouillage électoral», un comportement digne d'une «République bananière»...L'opposition, de l'UMP à l'extrême gauche, en passant par le FN et l'UDI, met en garde François Hollande contre un éventuel report, à 2016 des élections régionales et cantonales prévues pour 2015.

Ce mardi matin sur BFMTV-RMC, le chef de l'Etat a évoqué l'éventualité de repousser à «2016» ces élections intermédiaires au motif que le gouvernement met en ?uvre une réforme territoriale. «Je pense que ça serait intelligent» a-t-il déclaré. François Hollande, qui entame la troisième année de son quinquennat, veut maintenant «aller vite sur les réformes de notre territoire». «Je pense que 12 régions ou 11 régions, la moitié, pourraient être la bonne carte de notre territoire, et pour les départements, j'ai moi-même été président de conseil général, une réforme majeure doit être portée, il n'y a plus de temps à perdre» a-t-il déclaré. 

Le 8 avril, lors de son discours de politique générale, le Premier ministre a proposé «de réduire de moitié le nombre de régions» d'ici 2017, et de supprimer les conseils départementaux (nouvelle appellation des conseils généraux) «à l'horizon 2021». Le président François Hollande et son gouvernement envisagent donc de faire désormais cette réforme avant les nouvelles élections régionales et cantonales, ce qui implique de reporter ces scrutins de 2015 à 2016.

Si les scrutins avaient lieu en mars 2015, les électeurs éliraient en effet des conseils régionaux sur la base du découpage actuel, alors que les régions pourraient ensuite être fusionnées moins de deux ans plus tard. Une situation que dénoncent bon nombre d'élus. Manuel Valls «est bien conscient que c'est difficile de nous envoyer aux élections l'année prochaine», alors même qu'il a programmé la disparition des élus départementaux, rapportait Claudy Lebreton (PS), président de leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3335165 le mardi 6 mai 2014 à 16:32

    réaction nulle...ce sont ces attitudes qui depuis 15 ans ruinent le pays, marre de ces mises en scènes. La guerre droite gauche c'est plus qu'assez, il faut faire ce qu'il est raisonnable de faire économiquement, politiquement le reste....

  • M3365316 le mardi 6 mai 2014 à 16:07

    même si les socialistes ne disaient rien , l opposition(?) seraient vent debout quand même. attention à force de prendre le vent on s envole loin. loi .. loin...