Régionales - Faut-il avancer la primaire à droite ?

le
0
Signe que le débat fait rage, Les Républicains n'ont plus que le mot primaire à la bouche.
Signe que le débat fait rage, Les Républicains n'ont plus que le mot primaire à la bouche.

Au lendemain du second tour des élections régionales, l'heure n'est déjà plus au bilan, mais déjà aux prochains enjeux électoraux. À droite, les principaux acteurs de la primaire à venir en vue de la présidentielle de 2017 s'activent, et certains réclament une modification du calendrier de la primaire, prévue les 20 et 27 novembre 2016. Deux camps s'affrontent : ceux qui souhaitent une accélération du vote (les sarkozystes), et ceux qui ne veulent pas bouger d'un iota l'organisation déjà prévue.

Le calendrier en question

Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, avait estimé dès la semaine dernière que la question sur le calendrier de la primaire « [méritait] d'être posée ». Luc Chatel, conseiller politique de Nicolas Sarkozy (Les Républicains), s'est déclaré lundi favorable à l'avancée de la primaire à droite. « Si nous avons les moyens techniques, si nous sommes en mesure de l'avancer, je pense que c'est une bonne chose, mais ça doit faire l'objet d'un débat en bureau politique », a déclaré Luc Chatel sur Europe 1. « Je pense que si on avait notre candidat à la présidentielle avant l'été, ça nous permettrait d'avoir une année pour se préparer, pour rassembler, pour élargir, pour s'adresser aux Français », a-t-il ajouté, soulignant que les électeurs « ne supportent plus ces divisions ». « Donc, plus tôt on tranchera ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant