Régionales en Ile-de-France : un sondage donne Pécresse en tête au 1er tour

le
0
Régionales en Ile-de-France : un sondage donne Pécresse en tête au 1er tour
Régionales en Ile-de-France : un sondage donne Pécresse en tête au 1er tour

Valérie Pécresse, candidate «Les Républicains» pour les régionales de décembre en Île-de-France, arriverait en tête (28%) au 1er tour, devançant de quatre points son adversaire socialiste Claude Bartolone, selon un sondage Ifop pour Valeurs Actuelles à paraître jeudi.

AU PREMIER TOUR :

La députée des Yvelines réunirait 28% des voix dans le cas où elle représenterait Les Républicains et le MoDem, qui s'est dit «compatible» avec l'approche de Valérie Pécresse. L'actuel président de l'Assemblée nationale obtiendrait 24% s'il était soutenu par le PS, le PRG et le MRC, selon ce premier sondage publié depuis l'officialisation de sa candidature aux régionales il y a un mois.

Derrière, le secrétaire départemental du Front national à Paris, Wallerand de Saint Just, recueillerait 16% des voix. Emmanuelle Cosse, pour Europe Ecologie-Les Verts, 10%.

Chantal Jouanno (UDI) obtiendrait 8% si elle choisissait de se présenter à la tête d'une liste autonome. Pierre Laurent, patron du Parti communiste français, réunirait 7% des suffrages pour une liste Front de gauche. Enfin, Nicolas Dupont-Aignan, député souverainiste de l'Essonne, obtiendrait 5% avec une liste de son parti «Debout la France».

AU SECOND TOUR :

Le second tour s'annonce très indécis dans cette région détenue depuis 1998 par la gauche. Une liste Bartolone étiquetée «PS, PRG, MRC, Front de Gauche et Europe Ecologie-Les Verts» obtiendrait 41% des voix, comme celle de Valérie Pécresse si elle rassemblait Les Républicains, l'UDI et le Modem. Wallerand de Saint Just (FN) obtiendrait 18%.

«Je suis particulièrement heureuse de voir la liste que je conduis progresser de sondage en sondage, puisque nous sommes passés de 22% à 28% en quelques mois», a déclaré Valérie Pécresse, interrogée sur ce sondage lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes parlementaires (AJP). «Maintenant, la région est très à gauche, nous n'y avons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant