Régionales en Île-de-France : «Bartolone, candidat à contrec½ur», pour Pécresse

le
1
Régionales en Île-de-France : «Bartolone, candidat à contrecœur», pour Pécresse
Régionales en Île-de-France : «Bartolone, candidat à contrecœur», pour Pécresse

«Aucun homme providentiel n'empêchera la gauche de rendre des comptes sur son bilan en Île-de-France», prévient ce dimanche l'UMP Valérie Pécresse qui sait désormais qu'elle sera opposée au socialiste Claude Bartolone aux élections régionales de décembre.

Selon elle, le président de l'Assemblée nationale n'a pas sa place dans ce combat. Porté par l'exécutif pour succéder à dix-huit ans de Jean-Paul Huchon, lui-même poussé vers la sortie par ses pairs socialistes, Claude Bartolone est un «candidat à contrec½ur».

«Bilan calamiteux»

«Les dix-sept ans de gauche en Île-de France ont plombé la région. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est François Hollande en intervenant dans cette élection!», assure ce dimanche Valérie Pécresse au Grand Rendez-vous d'Europe 1 - «Le Monde» - iTélé. Selon elle, c'est une évidence, Claude Bartolone, déjà officiellement soutenu par le Premier ministre alors que Jean-Paul Huchon n'a pas encore annoncé son retrait, a été sollicité par le gouvernement pour tenter de faire oublier les erreurs du disciple de Michel Rocard.

«Ils changent de candidats mais ils ne changent pas de bilan. Bartolone était en parfait accord avec Huchon lorsqu'il était à la tête de Seine-Saint-Denis (...) On assiste en direct au naufrage de la gauche en Île-de-France», lance-t-elle en énumérant ce qu'elle considère comme un «bilan calamiteux» - «pollution, transports trop chers, chômage...».

«A la place de Bartolone, je démissionnerais»

«Moi, contraste-t-elle, je veux redonner sa fierté à la capitale de la 5e puissance mondiale. Les franciliens, je veux changer leur vie!» alors qu'il faut «regarder le bilan en Seine-Saint-Denis de Claude Bartolone... La politique de ghettoïsation, certains élus en sont clairement responsables», accuse-t-elle encore.

Et Valérie Pécresse d'insister sur le fait que le président de l'Assemblée nationale a déjà des fonctions très prenantes et, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le dimanche 10 mai 2015 à 14:37

    il va se prendre une claque mémorable