Régionales 2015 - Quand Jean-Jack Queyranne évite soigneusement Lyon

le
0
Jean-Jack Queyranne, président du conseil régional de Rhône-Alpes, prononce son discours à l'occasion de la 13e édition de la Biennale de Lyon.
Jean-Jack Queyranne, président du conseil régional de Rhône-Alpes, prononce son discours à l'occasion de la 13e édition de la Biennale de Lyon.

Mais pourquoi donc Jean-Jack Queyranne s'évertue-t-il à éviter Lyon ? Alors que la métropole lyonnaise pèse à elle seule 18 % de l'électorat de la future grande région Auvergne-Rhône-Alpes, le président socialiste sortant et candidat à sa propre succession fait mine d'ignorer la présence de la puissante capitale régionale et le poids électoral qu'elle représente à gauche.

Le maire de Lyon et président de la métropole n'a, du propre aveu de Jean-Jack Queyranne, toujours pas été invité à participer à la campagne régionale. "Mais on va le faire", promet-il mollement. "Gérard Collomb est bien sûr le bienvenu dans la campagne". Quand on l'interroge sur la question, ce dernier botte en touche sur le ton de la plaisanterie "Mais bien sûr que je vais faire campagne. En janvier?"

À moins de deux mois des élections régionales, la plaisanterie ne fait pas rire l'Élysée. Le 13 octobre, François Hollande a même reçu Jean-Jack Queyranne avec les parlementaires socialistes de la région pour éclaircir la situation. Devant le président de la République, les parlementaires ont mis en garde la tête de liste PS. "Tu ne pourras pas gagner sans que Gérard Collomb prenne part au combat, l'ont-ils averti. Il faut que tu fasses l'effort de lui tendre la main." Queyranne leur a livré sa propre analyse, quelque peu divergente : "C'est à Grenoble que je vais gagner. Si j'arrive devant à Grenoble, je remporte la région."...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant