Régionales 2015 : les politiques sont-ils prophètes dans leur fief ?

le
1
À Bordeaux, la ville d'Alain Juppé, c'est la liste de gauche qui est arrivée en tête.
À Bordeaux, la ville d'Alain Juppé, c'est la liste de gauche qui est arrivée en tête.

« Moi, je vote Le Drian parce que c'est un gars de ma ville. » Comme cet électeur de Lorient, nombreux sont ceux qui ont approuvé les politiques « de chez eux ». Globablement, les candidats s'en sortent plutôt bien dans leur fief. Est-ce le cas des ténors de la droite et de la gauche comme Alain Juppé, Édouard Philippe, François Hollande ou encore François Fillon ?

À Lorient, où il a été maire pendant dix-sept ans, Jean-Yves Le Drian a survolé le premier (43,75 %) et le second tour (59 %) tour. Seule ombre au tableau pour le ministre candidat : le Front national arrive deuxième au soir du premier tour (18,32 %).

À Nice, Christian Estrosi fait un meilleur score en obtenant 63,91 % des voix. Un résultat qui confirme sa popularité de maire. Dans les Alpes-Maritimes, le futur président de la région Paca obtient 58,58 %.

Bien que défait, Bartolone s'en sort bien dans son fief

Pas de surprises non plus pour Valérie Pécresse en Ile-de-France. La députée des Yvelines s'en sort très bien. Dans les villes composant la 2e circonscription, elle arrive en tête. À Vélizy-Villacoublay, notamment, où elle obtient 55,07 %.

Bien que défait, son adversaire Claude Bartolone dépasse les 60 % de scrutins dans les villes composant la 9e...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 16 déc 2015 à 07:32

    ils s'embourgeoisent!!!!!!