Régionales 2015 : les enjeux en Normandie

le
0
La gauche est parvenue à s'unir en Normandie pour contrer l'ancien ministre de la Défense (photo d'une plage de Deauville).
La gauche est parvenue à s'unir en Normandie pour contrer l'ancien ministre de la Défense (photo d'une plage de Deauville).

La Normandie semble être la région la moins secouée par la réforme territoriale. Elle va rassembler 102 élus. Haute-Normandie et Basse-Normandie sont les deux régions qui fusionnent et l'appellation de la nouvelle entité territoriale a donc posé moins de soucis que du côté de l'est ou du sud-ouest de la France. Par ailleurs, la répartition des compétences paraît équitable à l'égard des deux grosses villes de cette zone, Rouen (la préfecture) et Caen. La cité qui a vu brûler Jeanne d'Arc se voit attribuer l'économie, l'écologie, l'urbanisme, la jeunesse et la cohésion sociale. Caen abritera le rectorat et les services liés à l'alimentation, la santé, l'agriculture, la forêt et la culture.

Le député UDI de l'Eure Hervé Morin est le chef de file de l'union de la droite et du centre pour ces élections. Mais l'ancien ministre de la Défense a davantage fait le buzz cet été via Twitter pour un motif extra-politique. Il a malencontreusement partagé sur le réseau social son nouveau record à Fruit Ninja, un jeu vidéo ludique pour smartphone. Mais il a affirmé aussi dans la foulée que c'est son fils de six ans qui est derrière cette maladresse. Morin a tranché le litige qui opposait Sophie Gaugain, maire LR de Dozulé, et Rodolphe Thomas, maire MoDem d'Hérouville, qui briguaient tous les deux une investiture dans le Calvados. Soutenu par Philippe Augier, le puissant maire de Deauville, l'élu d'Hérouville-Saint-Clair sera tête de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant