Régionales 2015 : le pire et le meilleur des professions de foi

le
0
Les différents tracts distribués aux électeurs franciliens.
Les différents tracts distribués aux électeurs franciliens.

Une enveloppe en papier kraft frappée du tampon « URGENT ÉLECTIONS ». Noyée au milieu des prospectus publicitaires, elle manque de filer tout droit à la poubelle. Pour des millions de Français, sa seule réception agit comme une piqûre de rappel. Dimanche 6 décembre après-midi, après la grasse matinée et le poulet rôti dévoré en famille, il faudra s'isoler quelques minutes et glisser un bulletin dans l'urne d'un bureau de vote. Transports gratuits pour les plus précaires, moins de chômage pour les jeunes et un peu plus d'écologie au jour le jour sont les trois leitmotivs de ces quatorze professions de foi (quatre ne sont disponibles que sur le Web, NDLR). Et autant le dire tout de suite, après ce court moment de lecture, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent.

À commencer par la profession de foi de Claude Bartolone, l'actuel président de l'Assemblée nationale, qui annonce d'emblée : « Ce scrutin sera un choc entre des projets de société différents. » Le candidat socialiste n'est pas avare en grandes promesses : « Je ne veux plus un jeune sans un projet d'avenir à la fin de mon mandat. » Mais notez le choix des mots. Claude Bartolone ne promet pas d'en finir avec le chômage des « jeunes », mais déclare la guerre aux tire-au-flanc. Plus que la 4G, le Wifi et la climatisation dans les RER, il promet « des trains à l'heure ». Ouf, voilà un vrai projet d'avenir !

Un cannabis social club

Mais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant