Régionales 2015 : le foot victime collatérale ?

le
0
Régionales 2015 : le foot victime collatérale ?
Régionales 2015 : le foot victime collatérale ?

Les élections régionales de dimanche prochain n'auront a priori que peu d'impact sur la L1 ou la L2. En revanche le redécoupage territorial va redessiner en profondeur la carte de la FFF et du foot amateur. Ce qui n'est pas sans problème.

Revenons au point de départ. La loi du 16 janvier 2015 a fusionné certaines régions, pour en réduire le nombre de 22 à–. Les électeurs iront donc en désigner, les 6 et– décembre prochain, le nouvel exécutif. Toutefois, bien au-delà du lifting démocratique de la République, de nombreux secteurs ayant " délégation de service public " se trouvent contraints d'épouser ces nouvelles frontière administratives décentralisées. Le secrétaire d'État aux Sportx, M. Thierry Braillard, avait ainsi rappelé fermement par courrier aux fédérations – toutes les disciplines sont logées à la même enseigne - que le code du sport prévoit que leur "ressort territorial ne peut être autre que celui des services déconcentrés du ministère chargé des sports ". Il demande en outre à ce qu'elles ajustent leur structuration au périmètre géographique des " directions régionales de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale ", et cela dans les plus bref délais, si possible pour la fin de l'olympiade 2016. Elles devront d'ailleurs communiquer à leur autorité de tutelle un calendrier détaillant la mise en place de ces modifications dans leur architecture interne. Lors d'une réunion au CNOSF, le ministre avait ensuite, au passage, vanté la diligence de la FFF en expliquant succinctement et en caricaturant un peu le propos : " Si les footeux y arrivent, tout le monde peut le faire. "

"On ne fait pas pire en Chine..."


Pourtant, le monde du foot est loin de témoigner d'un enthousiasme débordant et béat à l'idée de subir ce petit diktat étatique. Traditionnellement, son organisation varie d'une ligue régionale à l'autre, ses compétences géographiques également, et en leur sein, les districts ne suivent que fort imparfaitement le découpage en départements hérité de la glorieuse Révolution française (le Pas-de-Calais possède son " Artois " et la Seine-et-Marne sa division entre Sud et Nord). Les rivalités d'orgueil et les fiertés de clochers savent parfaitement faire entendre leur douce mélodie. La Picardie par exemple se sent particulièrement maltraitée. Elle s'était émancipée en 1967 de la Ligue du Nord basée à Lille. L'idée de devoir désormais retourner dans le giron ou à l'ombre de ce puissant voisin ne l'enchante guère. Sur son site, l'Amiens SC, digne représentant de son plat pays…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant