Régionales 2015 : et si Morano se faisait pardonner ?

le
0
10 novembre 2014, Nadine Morano lors du meeting à Nancy de Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP
10 novembre 2014, Nadine Morano lors du meeting à Nancy de Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP

Les politiques commettent souvent des bourdes, déclenchant des « bad buzz » qui ont un avantage : concentrer l'attention sur eux. Les punitions concrètes ou même symboliques suivent rarement, il suffit fréquemment de quelques regrets sous forme de communiqué, et l'on oublie tout. Nadine Morano, habituée du genre, n'a pas voulu s'excuser ni reprendre les propos qu'elle a tenus sur la France « pays de race blanche » sur le plateau de On n

'est pas couché de Laurent Ruquier samedi dernier.

De plus, elle a affirmé sur les ondes d'Europe 1 mercredi qu'elle ne regrettait aucunement les mots qu'elle a prononcés lors de cette émission. Conséquence : l'eurodéputée et ancienne secrétaire d'État sous le gouvernement Fillon pourrait bien perdre son statut de tête de liste en Meurthe-et-Moselle. Mais, pour l'instant, rien n'est signé, et Les Républicains semblent hésiter à la remplacer.

Valérie Debord pressentie pour la remplacer

Nadine Morano et Valérie Debord se ressemblent beaucoup. Elles viennent toutes les deux du même département, la Meurthe-et-Moselle, et ont en commun des origines italiennes. La première a toujours critiqué l'arrogance des Parisiens à son égard, la seconde porte fièrement son statut d'élue locale via sa fonction de maire adjointe de Nancy. Valérie Debord occupait la troisième place de la liste des Républicains et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant