Région parisienne : le logement intermédiaire pour enrayer l'exil des classes moyennes

le
6
Un immeuble en construction dans la banlieue parisienne. (© F. Dufour / AFP)
Un immeuble en construction dans la banlieue parisienne. (© F. Dufour / AFP)

Lundi, 75 familles de Rueil-Malmaison emménageront à la Villa Joséphine: des appartements lumineux (83 au total), du studio au 4 pièces, pour certains dotés d'un balcon, donnant sur un jardin arboré et économes en énergie (certifiés BBC).

Leur particularité: ce sont les premières constructions achevées sous le nouveau statut du logement intermédiaire créé par la loi de finances 2014, ce qui leur a permis de bénéficier d'un taux de TVA ramené à 10% et d'une exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties pendant 25 ans. En contrepartie, ces logements doivent respecter des plafonds de loyers et de ressources de leurs locataires.

Construits par RRP, filiale de Solendi, un organisme collecteur d'Action Logement, ils sont loués à des salariés d'entreprises qui cotisent à l'ex-1%-logement, avec des loyers «très alléchants», estime-t-on à l'agence immobilière Victor Hugo, implantée depuis 45 ans dans la commune.

Ainsi, les 28 studios de 21 m2, sont-ils proposés à 478 euros charges comprises, soit 22,74 euros le m2, contre 28 à 32 m2 sur le marché privé. Les trois pièces de 68 m2 affichent un loyer de 17,50 à 19,30 euros le m2, toujours charges comprises, soit 20% moins cher qu'aux alentours. Autre singularité: ces trois étages de bâtiments sont d'anciens bureaux vides rachetés au groupe General Electric,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DADGAD le vendredi 5 juin 2015 à 13:10

    Il faut savoir qu'en fait la France est un pays " vide " sur une large majorité de son territoire. Il y aurait largement la place de loger tout le monde. Et dans les grandes agglomérations, la moitié des bâtiments n'est en fait pas occupée ( pour différentes raisons ).

  • DADGAD le vendredi 5 juin 2015 à 13:06

    Pour informationhttp://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F869.xhtml

  • DADGAD le vendredi 5 juin 2015 à 13:03

    Les logements " sociaux " intermédiaires ne sont pas destinés aux " cassoss " (vous pouvez vérifier en cherchant les différentes catégories de logement " social " ). Le problème une fois rentré, c'est que vos revenus sont scrutés de près et dès qu'ils dépassent certains plafonds (ce qui est normal avec le temps) on vous demandera de payer un surloyer qui peut être très important. Autant le savoir avant, sauf si on a pas l'intention d'y rester...

  • M4358281 le vendredi 5 juin 2015 à 10:24

    le Social étant synonyme de CASSOS ... il est certain qu'il faut trouver du logement pour cette classeMoyenne qui n'a droit à rien et qui paye pour tout ..et ..qui a la particularité de n'intérresser ni la Droite ni la GaucheGauche

  • bernm le vendredi 5 juin 2015 à 09:14

    @DADGAD deemnager ou? Dans le privö ou les prix seront encore plus cher?Petit a petit on se tourne vers une nationalisation du parc immobilier parisien, et comme l'Etat et la ville s'occupent de plus en plus de logements, il y moins de logements prives disponibles, et donc leur prix s'envole...

  • faites_c le jeudi 4 juin 2015 à 18:13

    C'est en effet un loyer très intéressant : 478 € pour 21 m2!!! Il ya 10 ans je louais une maison de 100 m2 dans le Pas de Calais l'équivalent de 365 € ce qui fait avec l'inflation calculée par l'Insee un coût actualisé de 446 € mais pour 100 m2. Manifestement ce programme est extrêmement économique mais surtout pour l'organisme qui ra ckette les locataires! En plus vous avez la chance inespérée d'habiter en zone innondable et vous pouvez perdre votre véhicule!!!