Regards sur Trapp

le
0
Regards sur Trapp
Regards sur Trapp

Pointé du doigt après ses bourdes face à Bordeaux et au Real Madrid, Kevin Trapp doit désormais prouver à tous que ces bévues n'étaient que des erreurs de parcours. Analyse avec Christophe Lollichon, entraîneur des gardiens de Chelsea.

" La grande Trapp ", "À la Trapp ", " IrraTRAPPable", "Il faut trapper Trapp"… Il a donc fallu une nouvelle erreur du gardien du PSG pour que les jeux de mots faciles et attendus liés au nom du portier refassent surface. Et encore, on peut s'estimer heureux que ce ne soit pas Kroos qui ait profité de la boulette de l'Allemand. On a ainsi échappé au "Trapp à Toni ". Mais plus qu'aux journalistes, le but casquette encaissé en Ligue des champions face au Real Madrid, synonyme de défaite du PSG juste avant la trêve, a surtout donné du grain à moudre aux détracteurs de Kevin Trapp.

L'œil de l'expert


Car le comportement du goal sur le seul pion de cette rencontre de C1 pose sérieusement question. Qu'a voulu faire Kevin Trapp ? Comment peut-on commettre une telle erreur d'appréciation quand on est censé faire partie du gratin européen ? "Je me garderais bien d'émettre un jugement sur l'action, car l'interprétation qu'on a devant notre télé est tout à fait différente de celle du gardien pendant le fait de jeu, répond Christophe Lollichon, l'entraîneur des gardiens de Chelsea. Devant ma télé, je ne vois pas ce qui a pu le gêner. Notre vue face à l'écran est transversale. Mais le gardien, lui, a une vision bien plus restreinte sur le terrain. En tout cas, pour qu'il s'aventure comme ça en laissant un tel angle, il y a forcément eu quelque chose."

Youtube
Si le gardien n'a pas vraiment expliqué son attitude en zone mixte, il a en revanche avoué ne pas avoir vu Nacho Fernández poursuivre sa course et s'être concentré uniquement sur le ballon. Un souci de vision globale qui concerne tous les portiers, selon l'expert des Blues : " C'est très difficile d'être capable de réunir un maximum d'informations visuelles sans trop bouger la tête. C'est pour ça qu'on travaille là-dessus avec un expert à Chelsea, avec des exercices de gymnastique des yeux et d'acuité visuelle. On bosse aussi en prenant en compte les couleurs. Begović le fait, comme Petr (Čech) quand il était encore là. "

L'œil terne


Forcément, une troisième boulette en deux mois de compétition (







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant