Regain de violences dans le sud-est turc après des arrestations

le
0
    ISTANBUL, 27 octobre (Reuters) - Cinq membres des forces de 
sécurité et cinq activistes kurdes ont été tués lors 
d'affrontements jeudi dans le sud-est de la Turquie en proie à 
de nouvelles violences après l'arrestation de deux maires 
populaires dans cette région. 
    Deux soldats ont péri près de Hani, localité située à 
proximité de Diyarbakir, grande ville de la région, et un 
troisième a trouvé la mort à Cukurca près de la frontière 
irakienne. 
    Au cours de ce dernier incident, cinq militants kurdes ont 
été tués, ont indiqué des sources au sein des services de 
sécurité. 
    Un soldat a été la victime d'une bombe artisanale à Bingol, 
à 140 km au nord de Diyarbakir, et un milicien a trouvé la mort 
dans la province de Batman dans l'est de la Turquie. 
    Les arrestations de Gultan Kisanak, la maire de Diyarbakir, 
et de son adjointe Firat Anli mardi soir sur des accusations de 
terrorisme ont accentué les tensions dans la région. 
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que la 
destitution de tous les élus et fonctionnaires ayant des liens 
avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) était d'un 
intérêt vital pour son pays. 
    Le ministère public a affirmé que Gulan Kisanak, devenue la 
première femme maire de Diyarbakir en 2014, et Firat Anli 
avaient prononcé des discours favorables au PKK en demandant une 
plus grande autonomie à l'égard de la Turquie pour les quelque 
16 millions de Kurdes. 
    Trois membres du conseil municipal ont également été arrêtés 
jeudi pour avoir accroché une banderole de soutien aux deux 
élues devant la mairie. 
     
 
 (Ayla Jean Yackley; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant