Réfugiés syriens-Les portes des pays voisins se ferment-ONG

le
0

OSLO, 13 novembre (Reuters) - Les pays voisins de la Syrie - Liban, Turquie, Jordanie et Irak - sont en train de réduire fortement le nombre de Syriens qu'ils autorisent à entrer sur leur territoire, car ils ne peuvent plus faire face à l'afflux de réfugiés, ont déclaré jeudi deux ONG humanitaires. Le nombre de réfugiés qui ont pu fuir la guerre civile dans leur pays est en recul de 88% en octobre par rapport à la moyenne mensuelle de 2013, tombant le mois dernier à environ 18.500 contre plus de 150.000 il y a un an, indiquent l'International Rescue Committee et le Conseil norvégien pour les réfugiés. Le Liban, la Turquie, la Jordanie et l'Irak ont à eux quatre accueilli plus de trois millions de Syriens depuis le début du conflit en mars 2011, pendant que les pays extérieurs à la région acceptaient d'en accueillir autour de 50.000, soit moins de 2% du total des réfugiés syriens. "Ce à quoi nous assistons aujourd'hui résulte de notre incapacité à apporter le soutien dont a besoin la région. Nous assistons à un effondrement complet de la solidarité internationale avec les millions de civils syriens", a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés. (Gwladys Fouche; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant