Réfugiés politiques: l'ONU concernée mais pas très engagée

le
0
Des gilets de sauvetage ayant servi à des réfugiés syriens arrivés en Grèce ont été déposés devant le pont de Brooklyn (New-York, Etats-Unis) en vue du sommet du 16 septembre à l'ONU.
Des gilets de sauvetage ayant servi à des réfugiés syriens arrivés en Grèce ont été déposés devant le pont de Brooklyn (New-York, Etats-Unis) en vue du sommet du 16 septembre à l'ONU.

Les dirigeants mondiaux, réunis lundi à New york, vont déclarer leur attachement aux « droits fondamentaux » des migrants sans toutefois avancer d’objectifs chiffrés pour remédier au problème.

Les 193 pays de l’ONU doivent adopter lundi 19 septembre à New York, en prélude de l’Assemblée générale, une série d’engagements pour répondre à la plus grave crise migratoire depuis la deuxième guerre mondiale mais certaines ONG dénoncent d’avance une occasion manquée.

Ce premier sommet onusien consacré aux migrations a pour toile de fond la guerre en Syrie, qui a fait 300 000 morts en cinq ans et poussé quatre millions de Syriens à l’exil vers des pays voisins surchargés ou vers l’Europe.

Une trêve, de plus en plus précaire, a été instaurée depuis quelques jours en Syrie. Ce dossier devrait dominer les discussions en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, grand rendez-vous diplomatique annuel qui commence mardi.

Pas d’engagement ni de chiffres C’est une simple déclaration politique que les dirigeants mondiaux ont prévu d’adopter lundi. Elle met l’accent sur « le respect des droits fondamentaux » des migrants, la coopération internationale pour lutter contre le trafic et la xénophobie ou l’accès à l’éducation pour les enfants déplacés.

Mais elle ne contient pas d’objectifs chiffrés, et surtout pas d’engagement précis sur la répartition du fardeau.

Le secrétaire général Ban Ki-moon avait suggéré que les pays accueillent chaque année 10% du total des réfugiés, aux termes d’un « pacte mondial ». Mais au fil des négociations cet objectif a disparu et le pacte a été renvoyé à 2018 au plus tôt.

Pour l’ONG britannique Oxfam, les gouvernements « vont sans doute se congratul...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant