Réfugiés-Paris et Berlin veulent parler d'une même voix lundi

le , mis à jour à 23:00
0

(Avec entretien Hollande-Merkel) PARIS, 13 septembre (Reuters) - La France et l'Allemagne comptent parler d'une même voix lundi à Bruxelles lors de la réunion des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne consacrée à la crise des migrants, a déclaré dimanche le ministère français de l'Intérieur. Paris et Berlin appuient la création d'un système de répartition contraignant des demandeurs d'asile à travers l'UE, système auquel s'opposent plusieurs pays membres, notamment en Europe centrale. Selon la présidence française, la chancelière Angela Merkel et le président François Hollande ont eu dimanche soir un entretien téléphonique et partagent "la même évaluation de la situation créée par l'arrivée des réfugiés". "La France et l'Allemagne préparent ensemble la réunion des ministres de l'Intérieur européens de demain", a-t-on ajouté de même source. Bernard Cazeneuve et Thomas de Maizière en ont parlé dimanche après-midi, alors que l'Allemagne annonçait le rétablissement provisoire de contrôles à ses frontières avec l'Autriche. ID:nL5N11J0R9 Un communiqué du ministère français rappelle la nécessité d'un "respect scrupuleux" par chaque pays de l'Union européenne des règles de Schengen, qui prévoient l'enregistrement des migrants par les pays de première entrée dans l'UE. "C'est faute de leur respect que l'Allemagne a décidé d'établir temporairement des contrôles à ses frontières, sans procéder à leur fermeture", souligne-t-il. Selon une source gouvernementale, le rétablissement des contrôles aux frontières françaises, demandé notamment par le Front national, n'est en revanche pas d'actualité, la France étant sous une pression migratoire bien moindre que l'Allemagne. La conversation entre Bernard Cazeneuve et Thomas de Maizière "a permis de conforter la position commune franco-allemande" avant le conseil de lundi, précise le ministère. Les deux ministres ont préparé une communication commune à destination de leurs homologues européens et s'exprimeront ensemble lors du conseil, ajoute-t-il. Lors de l'émission du Grand rendez-vous Europe 1-Le Monde-iTELE, Bernard Cazeneuve a plaidé pour la mise en place de centres d'accueil et de contrôle aux frontières extérieures de l'espace Schengen face à l'afflux massif de réfugiés, en provenance notamment du Proche-Orient. "Ce qu'il faut, c'est transformer Schengen pour faire en sorte que (les) contrôles soient possibles", a dit le ministre français de l'Intérieur. "Il faut surtout qu'aux frontières extérieures de l'UE, il y ait mise en place de centres d'accueil des réfugiés et de contrôle des frontières, ce qu'on appelle les hot spots", a-t-il ajouté. Faute de quoi, "tout ce que nous faisons pour l'accueil des réfugiés ne tiendra pas". Il a souhaité que la Hongrie, l'Italie et la Grèce, principaux pays d'entrée des réfugiés dans l'UE, acceptent la mise en place de tels "hot spots" sur leur territoire. (Emmanuel Jarry, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant