Réfugiés : le cri d'alarme d'un missionnaire jésuite

le
0
Des réfugiés attendent sur l'île de Lesbos pour prendre le ferry vers la Grèce, le 7 septembre 2015.
Des réfugiés attendent sur l'île de Lesbos pour prendre le ferry vers la Grèce, le 7 septembre 2015.

Responsable du Service jésuite des réfugiés (JRS) en Grèce, le père Maurice Joyeux vient de passer quatre jours et quatre nuits aux côtés des migrants sur l'île de Lesbos. Basé depuis plusieurs années à Athènes, ce grand missionnaire, spécialiste des situations humanitaires d'urgence ? Maurice Joyeux a travaillé en Inde, au Rwanda, à la frontière Tchad-Soudan pour le Darfour, en Afrique du sud? ? est scandalisé par le traitement que subissent les migrants. Il témoigne pour Le Point.fr.

Le Point : Qu'avez-vous vu sur l'île de Lesbos ?

Père Maurice Joyeux : J'ai vu le début d'un couloir que je qualifie d'inhumanitaire. Pendant quatre nuits, j'ai assisté au départ par ferry vers le Pirée des migrants. On dit qu'ils sont 2 000 chaque soir à grimper sur ces bateaux, c'est faux ! J'ai l'habitude de ces foules, et j'ai dénombré chaque soir au moins 4 000 personnes. Et chacun d'entre eux doit débourser 60 euros pour la traversée, alors que le prix normal est de 47 euros. On se fait de l'argent sur le dos des migrants ! C'est un scandale. Pour arriver jusqu'à l'île de Lesbos, ces hommes, ces femmes, ces enfants ont pris un bateau en plastique à partir de la Turquie, en déboursant 1 400 euros chacun. À l'arrivée, on voit des tonnes, des champs entiers de « life jackets » (gilets de sauvetage) abandonnés ; ils sont collectés puis ramenés à leur point de départ en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant